Doudou: le dragon a un nouvel ange gardien

Fabrice Demeuldre endosse le rôle essentiel de régisseur pour la première fois cette année Fabrice Levêque/ Ville de Mons

Fabrice Demeuldre endosse le rôle de régisseur du Lumeçon pour la première fois. Un rôle clé pour le déroulement du combat.

Préparer le Doudou et singulièrement le combat dit Lumeçon, ça demande un énorme investissement humain. Il suffit de voir l’état du dragon à l’issue du combat pour s’en rendre compte: édenté, la queue réduite à peau de chagrin, El’Biète aura besoin de toute l’attention d’une personne aux doigts agiles pour reprendre forme.

Jusqu’à peu, cet homme s’appelait Tony Chauvaux. L’an passé, nous lui avions consacré un portrait dans lequel il nous expliquait toutes les facettes de son travail, qui vont bien au-delà d’un coup de peinture sur le dragon. Les montures des chins-chins, la confection des lances, la quête des queues de cheval pour reconstituer celle du dragon, le gonflage des vessies de porc, la fabrique des massues pour des hommes de feuilles… C’est simple, tout ce qu’on voit dans l’arène du combat passait par lui et ses doigts d’or.

Mais employé depuis 42 ans à la commune de Mons, dont une quinzaine en tant que régisseur, l’âge de la retraite approchait pour Tony Chauvaux, qui se cherchait un successeur. Ce dernier a finalement été trouvé en la personne de Fabrice Demeuldre. Et le Lumeçon, il connaît bien puisqu’il officiait dans l’équipe de réalisation jusqu’à l’an dernier, en tant qu’assistant-réalisateur. Sa tâche: placeur de queue.

Du cœur de l’action aux coulisses

Un rôle physique qui devenait difficile à tenir: «ça m’est déjà arrivé de plaquer des policiers casques blancs (NDLR: les policiers présents dans l’arène) pour ne pas qu’ils soient fauchés par la queue du dragon», explique-t-il au Mons Mag, le magazine de la ville de Mons.

Le voilà désormais dans la peau du régisseur, «par un concours de circonstances» explique-t-il: «je n’ai jamais pensé à la régie parce que j’avais un emploi. Quand je l’ai perdu, j’ai appris que Tony allait prendre sa pension. Je me suis dit: pourquoi pas?».

Doudou: le dragon a un nouvel ange gardien
Requinquer les dragons est une des nombreuses missions du régisseur. Ugo PETROPOULOS
Cette année, Fabrice découvre donc une nouvelle facette du Lumeçon, lui qui a vécu le combat de Saint-Georges contre le dragon de bien des façons: dans le public, à la tête d’un groupe assesseur, dans l’équipe de réalisation… Et aujourd’hui en tant que responsable de la régie du Lumeçon. Ce week-end, tel le technicien d’une écurie, il sera à l’affût du moindre pépin technique.

Pour sa première année, Fabrice peut compter sur le soutien de Tony, toujours actif, et qui continue de dispenser ses précieux conseils. Pendant le combat, c’est au régisseur qu’il incombe de porter le coffret des pistolets qu’utilisera Saint-Georges durant le combat. Une tâche dont s’acquittera Tony une dernière fois, tandis que Fabrice retournera une dernière fois dans l’équipe de réalisation.

Il y briefera son successeur au poste d’assistant-réalisateur, Guillaume Degouis. Le jeune pompier professionnel, qui était jusqu’alors pompier-tambour durant le combat, devra être aux aguets du moindre coup de queue susceptible d’emporter un policier…