Ce n’est pas la première fois que l’abbé Jacques G. fait parler de lui. En 2012, le prêtre fait une sortie aussi stupide que fracassante dans la presse: il prétend pouvoir «guérir» l’homosexualité.