Pour «soigner», Jacques G. utilise une méthode thérapeutique qu’il a lui-même inventée: la thérapie «alpha canadienne». «C’est très progressif, explique Baptiste.