LIÈGE

Liège : un artiste pas comme les autres et qui vaut le détour

Des œuvres d’Éric Derkenne, décédé en 2014, sont exposées au Théâtre de Liège. Atteint par une trisomie sévère, cet artiste stavelotain s’exprimait par le dessin, muni de son indispensable stylo Bic.

C’est dans la jolie salle dite «des Pieds légers», au sein du Théâtre de Liège, qu’ont été placées les œuvres d’Éric Derkenne, depuis ce week-end et jusqu’au 10 décembre. L’artiste, stavelotain, est décédé en juillet 2014. Depuis, la collection de ses œuvres baptisée «Champs de bataille» a fait l’objet d’une belle reconnaissance lors d’expositions à Lille, à Montreuil et à Lausanne, avant de revenir au pays, à Liège.

Éric Derkenne, né en 1960 du côté de Stavelot, était atteint par une trisomie «sévère». S’il ne s’exprimait pas par la parole, il a développé un fil des années – et avec le soutien de sa famille – un autre mode d’expression, fait de dessins couchés sur papier. Il s’est essayé à plusieurs techniques, avant de se consacrer uniquement à son instrument de prédilection; le stylo à bille de marque Bic.

«Cette reconnaissance est survenue après son décès», reconnaît Anne-Françoise Rouche, directrice de La «S» Grand Atelier, laboratoire artistique installé à Vielsalm et qui propose des ateliers de création pour des artistes touchés par le handicap.

«Je ne sais pas si on peut considérer qu’Éric se rendait compte de l’intérêt artistique de ses œuvres. Il ne s’exprimait pas comme nous le faisons. Mais ce qui est certain, c’est qu’il y prenait du plaisir, c’était important à ses yeux», poursuit-elle.

Ses œuvres sont systématiquement composées de figures faites de cercles répétitifs, presque frénétiques. Elles exercent, il faut de le reconnaître, une forme d’envoûtement et pas mal de questionnements chez celui qui les observe.

Cette exposition monographique a été réalisée sous la houlette du commissaire Gustavo Giacosa, qui a imaginé une scénographie dans laquelle les œuvres se trouvent plutôt à l’envers du décor, et non accrochées à de classiques cimaises, sur fond blanc.

Cet événement se déroule à l’initiative du MADmusée, invité par le Théâtre de Liège, et qui abrite une large collection d’œuvres produites par des artistes handicapés mentaux. Deux autres expositions du MADmusée se dérouleront encore au Théâtre de Liège en 2016. Rappelons que le MADmusée, dans le parc d’Avroy, est actuellement fermé, le bâtiment étant censé faire l’objet d’une importante rénovation.

En pratique

Exposition «Champs de bataille», du 27 septembre au 10 décembre au Théâtre de Liège, place du 20 Août 20, 4000 Liège. L’exposition est ouverte du mardi au samedi de 12h à 18h, de même que les dimanches et les soirs lors des représentations. L’entrée est libre.

www.madmusee.be