TC Charleroi - Une jeune toxicomane poursuivie pour 16 agressions et braquages au couteau de chasse

Une jeune femme de 30 ans a comparu jeudi devant le tribunal correctionnel de Charleroi. Elle répond de 16 extorsions avec violence commises à l'égard de femmes faibles ou de petits commerces de la région du Centre. Armée d'un couteau de chasse, la prévenue agissait seule ou avec deux complices, également poursuivis. Le parquet a requis 7 ans à son encontre.

Bérangère A., une SDF française accro à l'héroïne, est en aveux de 15 des 16 extorsions qui lui sont reprochées et qui ont été commises dans la région du Centre. Armée d'un couteau de chasse, la jeune femme ciblait des femmes seules. Elle séquestrait des automobilistes dans leur voiture, parfois en présence de leur bébé, et les détroussait. L'une des victimes, que la prévenue a surprise à une station-service, a été emmenée et ligotée dans un bois avant d'être dépouillée de ses effets personnels. Bérangère A. a également attaqué une dame de 89 ans chez elle et l'a enfermée dans sa maison, après l'avoir jetée au sol. La victime est restée 1h30 sans pouvoir se relever.

La jeune braqueuse s'est ensuite adjoint l'aide de Damien M. et Pascal S., afin de bénéficier de leur voiture. Le trio a alors commis une dizaine de braquages de petits commerces à Binche, Manage, Leval-Trahegnies ou encore Chapelle-lez-Herlaimont. Là encore, la bande ciblait des magasins tenus par des femmes seules.

Lors de l'attaque d'une boulangerie, toujours perpétrée par la jeune femme armée de son couteau, l'étudiante qui tenait la boutique a simulé un évanouissement. La prévenue a pris la fuite mais le boulanger a pu relever le numéro de plaque, ce qui a mené aux trois arrestations.

Plusieurs parties civiles ont fait part jeudi de la détresse de leurs clients, traumatisés à vie et qui ont parfois dû fermer leur commerce. Le parquet a quant à lui requis 7 ans de prison à l'encontre de Bérangère A., 5 ans pour Damien M. et 4 ans avec sursis pour Pascal S..

Les avocats de la défense ont quant à eux plaidé la clémence. Conseil de Bérangère A., Me Vanardois a sollicité l'acquittement pour un seul fait, commis après la libération conditionnelle de sa cliente.

Jugement le 30 septembre.