SCIENCES

Les océans bien plus froids jusqu’en 1800

Les océans bien plus froids jusqu’en 1800

Le refroidissement des océans s’est stoppé vers 1800. Sur le dernier siècle, les activités humaines les ont réchauffés de 0,8 °C en moyenne. smn – Fotolia

Une 1re synthèse marine internationale démontre le refroidissement des océans sur une période de 1 800 ans. Avant les effets de l’activité humaine…

Les responsables du coup de froid pris par tous les océans du globe durant les 2 000 dernières années sont bien les éruptions volcaniques. Hugues Goosse, professeur à l’UCL et maître de recherches FRS-FNRS, fait partie des 15 coauteurs de cette étude. Le projet, intitulé Ocean 2k, a été mené sur 4 ans et publié dans la revue Nature Geoscience.

Comment avez-vous reconstruit ces températures océaniques?

Grâce à l’analyse des sédiments, comme on le fait avec des carottes de glace et l’analyse des cristaux. Les forages se pratiquent non loin des côtes, à différents endroits où les taux de sédimentation sont importants et où on trouve des traces de phytoplancton et de zooplancton; des tropiques aux pôles, 57 mesures marines ont été prises avec la collaboration de 75 scientifiques internationaux.

Pourquoi ne pas aller chercher plus profond?

On s’est focalisé sur les 2 000 dernières années; on fore plus profond si on veut reconstruire 10 000 ans. Ce n’était pas le cas. On dispose aujourd’hui de beaucoup de compilations sur les températures continentales, mais quasi rien sur les températures océanes. Les seules bonnes compilations anciennes dataient de la fin du XIXe siècle. Pour établir cette synthèse et déterminer les causes du refroidissement sur les températures de surface des océans, nous avons examiné l’impact des changements de la position de la Terre par rapport au Soleil, celui de l’irradiance solaire, de l’utilisation des sols, du volcanisme et des gaz à effet de serre.

Que révèlent les analyses?

La modélisation des résultats suggère que des éruptions volcaniques seraient vraisemblablement à l’origine du refroidissement durant la période 801-1800, soit entre le IXe et XIXe siècle. Seul le forçage volcanique a été en mesure de produire de manière convaincante le refroidissement observé dans les données. Si les effets des éruptions portent sur quelques années, les océans réagissent sur le long terme, durant plusieurs décennies, voire des siècles.

Pourquoi?

Les éruptions volcaniques, celles qui envoient des aérosols sulfatés dans la stratosphère, ont des effets sur le climat. En provoquant tout d’abord un refroidissement de l’atmosphère durant quelques années par la modification du rayonnement solaire. À long terme, lorsque ces éruptions deviennent plus fréquentes, elles ont pour effet de refroidir la surface des océans. Ces particules de soufre d’une même époque, on en retrouve des traces autant dans les carottes de glace du Groenland que de l’Antarctique. Le phénomène a donc été planétaire durant cette période baptisée Petit âge glaciaire.

Que va-t-on tirer de cette synthèse scientifique et de cette vision rétrospective?

On a encore beaucoup à apprendre sur la manière dont l’océan en général réagit aux variations climatiques. Malgré leur effet prouvé, il ne faut pas espérer que les éruptions volcaniques nous sauvent du réchauffement. Les cinq premiers mètres des océans accumulent la même énergie que toute l’atmosphère, et ils stockent aussi de l’énergie à 200-300 m de profondeur, on sait qu’ils seront déterminants pour les changements futurs vu les échanges entre masses d’air et masses d’eau. Pour notre propre climat, il sera notamment important de savoir si l’Atlantique se refroidit plus ou moins vite.