15/8 WORKING HOLIDAY VISA

Travail à l’étranger avec Working Holiday Visa

Travail à l’étranger avec Working Holiday Visa

fizkes – Fotolia

Le Working Holiday Visa simplifie la vie des jeunes voyageurs (de 18 à 30 ans) qui souhaitent travailler à l’étranger. Mode d’emploi.

A priori, allier vacances et travail semble paradoxale. Mais pas avec le «Working Holiday Visa» (WHV). Ce programme international offre la possibilité aux jeunes d’une cinquantaine de nationalités de partir dans un pays étranger ayant signé un accord d’échange avec son propre pays.

Appelé aussi «Programme Vacances Travail», «Permis Vacances-Travail», ou encore «Visa Vacances-Travail», le WHV est un visa de travail ouvert qui permet de travailler pour n’importe quel employeur tout en voyageant dans un pays. Chaque WHV possède ses propres caractéristiques et certains sont même renouvelables.

Ce type de visa serait l’un des meilleurs moyens de vivre en immersion à l’étranger, faire des découvertes culturelles, partir à l’aventure ou encore découvrir un autre mode de vie, tout en pouvant les financer grâce à des boulots. Certains partent en WHV pour travailler dans leur domaine et augmenter leur expérience professionnelle, d’autres partent à l’aventure et se contentent de différents petits jobs trouvés au gré du voyage. L’occasion de partir en solo tout en rencontrant d’autres globe-trotteurs.

Pour qui?

Les WHV sont généralement simples à obtenir. Des critères sont communs à tous. Ainsi, il faut:

– être âgé de plus de 18 ans et de moins de 30 ans révolus au moment de la demande.

– être citoyen d’un pays signataire d’un accord de WHV avec la destination.

– Avoir un passeport valide pendant toute la durée du séjour et, dans la plupart des cas, six mois après.

– Avoir suffisamment d’économies pour subvenir à ses besoins les trois premiers mois (de 2 300€ à 3 500€).

D’autres documents peuvent être demandés selon votre nationalité et votre destination, comme l’assurance santé.

Quelles destinations?

Au total, ce sont une cinquantaine de pays dans le monde qui ont signé un accord avec au moins un autre pays permettant aux jeunes d’effectuer un WHV. Concernant les Belges, ils ont la possibilité de partir au Canada, en Nouvelle-Zélande, à Taïwan, en Australie et bientôt en Corée du Sud. Les conditions d’obtention d’un WHV sont quasiment les mêmes d’un pays à un autre, mais les dossiers varient d’un pays à l’autre. Par exemple, le PVT canadien est soumis à des quotas alors que le PVT australien ne l’est pas.

La durée de travail

La plupart des pays ne posent aucune condition précise sur la durée de travail pendant le séjour en WHV. Il est possible d’effectuer autant d’emplois que désiré sur une période allant jusqu’à 12 mois. Seule exception en Australie, où on ne peut pas travailler plus de six mois avec le même employeur.

Attention! L’organisation du «Working Holiday Visa» rappelle à ses jeunes voyageurs que le Working Holiday Visa est avant tout un visa de voyage et de découverte et que le travail doit être une activité secondaire pendant votre séjour. Si le jeune prévoit de travailler pendant toute la durée de son visa, il ne respecte pas le principe fondamental du programme visa vacances-travail.

Plus d’infos:www.working-holiday-visas.com/belge