POLITIQUE

Cours de rien et examen de rien : que restera-t-il ?

Cours de rien et examen de rien : que restera-t-il ?

Rudy Demotte l’a dit: il sort Joëlle Milquet du feu. Pour y mettre les profs et les cahiers au milieu?BELGA PHOTO JASPER JACOBS BELGA

C’est Rudy Demotte qui l’a dit: pour les cours de rien, il y a aura quelque chose. Mais quoi? Mystère, mais ce sera bien pour la rentrée de septembre. Quant à la triche, on va faire tout pour que ça n’arrive plus. Parce que des examens de rien annulés, c’est vraiment rien.

Invité de Matin première sur la RTBF, Rudy Demotte, ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, s’est d’abord mué en Monsieur info service pour rappeler les numéros de téléphone et site internet que les parents peuvent appeler ou consulter à propos de ces fameux examens annulés en cascade suite aux fuites sur internet. Bref, on colmate.

C’est vrai que ça perce de partout et qu’on ne sait plus très bien comment les élèves vont être évalués. Avec ce vœu pieu: «J’espère que ça n’arrivera plus.» Voilà qui est dit. D’ajouter: «Que tout sera mis en œuvre pour que ça n’arrive plus.» Le contraire aurait été interpellant.

Une chose est sûre, il n’est pas question d’examen de repêchage pour la ministre Milquet: «Je sors Joëlle Milquet du feu.» Pour y mettre les profs et les cahiers au milieu, comme le dit la comptine?

Un peu amateur la mise en place de ces examens? Comparé à la France, par exemple. «Ce n’est pas une faute ministérielle. On était confiant puisque ça avait marché précédemment.»

Restait à aborder un autre sujet milquenien: les cours de rien qui ont été recalés par la Cour constitutionnelle. «Il y aura quelque chose et pas rien. On ne peut laisser les élèves devant le vide.» Déjà qu’ils n’ont plus d’examen. Parce que des examens de rien annulés, c’est vraiment rien!

Nos dernières videos