Le crédit social a aussi ceci de particulier que le demandeur peut emprunter au-delà de la valeur estimée du logement. «Dans les banques, ça plafonne à 80%.

Souvent, les montants empruntés ne vont pas au-delà, observe Nathalie Ombelets. À la Société wallonne du crédit social, on peut prêter jusqu’à 110 ou 120%. » Pourquoi? Pour couvrir aussi les frais annexes, comme les frais de notaire ou les droits d’enregistrement. Un peu plus de 60% des prêts sont ainsi octroyés avec une quotité empruntée de plus de 100%.

Dans l’autre sens, ne peuvent bénéficier de ces prêts sociaux que les revenus précaires, modestes ou moyens. Les montants des prêts plafonnent en gros de 100 000 à 200 000€ selon les catégories de revenus.

La valeur vénale du logement visé ne peut pas dépasser 204 000€ (jusqu’à 276 000€ pour les zones à forte pression foncière). Et dans ce cas, le montant de l’emprunt ne dépasse pas les 100%. La durée du prêt? Entre 10 et 30 ans, selon la capacité de remboursement des demandeurs.