Alors que la Semaine du bio se termine en apothéose ce week-end, ce coup de gueule du secteur fait un peu tache au sein de la communication institutionnelle et politique.

«On a, à ce jour, 15 abattoirs certifiés bio, assure le porte-parole du ministre régional René Collin. Ce qui veut dire que la moitié des infrastructures sont agréées. Même s’il peut y avoir des problèmes ponctuels, c’est une filière qui a bien su se mettre en place. La situation s’améliore et il n’y a pas que des toutes grosses structures. On peut entrevoir que les abattoirs vont progresser de la même manière…» Un abattoir sur deux certifié, cela peut sembler honorable comme statistique. Mais rien n’est précisé sur leur localisation ou s’ils sont accessibles aux porcs…

Le nouveau plan Marshall se concentrera d’ailleurs sur les circuits courts. «Il y aura un volet qui permettra de mettre en place un meilleur approvisionnement des particuliers et des restaurants. On va développer des zones logistiques pour pouvoir distribuer les produits au niveau local et via des circuits courts.»

Concrètement, l’idée est de centraliser des produits locaux en rassemblant des producteurs au sein d’une même structure, dans des zonings ou des bâtiments-relais.

Nos dernières videos