TECHNOLOGIE

Elon Musk : « Les voitures conduites par des humains seront un jour illégales »

Elon Musk : « Les voitures conduites par des humains seront un jour illégales »

Elon Musk est à l’origine de PayPal, SpaceX et Tesla Motors. Devenu milliardaire, il affiche ses ambitions et son esprit visionnaire. Redux/REPORTERS

Elon Musk, le PDG du fabricant de voiture électriques Tesla, considère inévitable la fin des voitures conduites par des hommes. «On ne peut laisser une personne conduire une machine à tuer de 2 tonnes».

Les robots sont l’avenir de l’homme. Pour la conduite en tout cas, Elon Musk en est sûr, rapportent nos confrères de Forbes. Le PDG de Tesla, fabricant de voitures électriques, considère qu’en matière de sécurité, le pilotage d’un véhicule assuré par une intelligence artificielle sera une énorme avancée.

«À l’avenir, les gens ne pourront plus conduire leur véhicule. C’est trop dangereux», a-t-il expliqué lors d’une conférence de l’entreprise Nvidia, tenue hier à San José (Californie – USA). «On ne peut pas laisser une personne conduire une machine à tuer de 2 tonnes».

Il reste des progrès à faire, mais Elon Musk considère qu’aujourd’hui la voiture autonome est pratiquement une réalité, avec des modèles bardés de capteurs en tous genres.

«Là où c’est le plus difficile, c’est dans un environnement ouvert, avec un véhicule autour des 50 km/h. L’autoroute, c’est facile. À vitesse faible, c’est facile. C’est l’entre-deux qui est compliqué. Des enfants qui jouent, des cyclistes qui passent, les routes barrées dans un environnement urbain… c’est le plus imprévisible. Voilà ce sur quoi on doit encore travailler quelques années avant de pouvoir dire que la voiture autonome est parfaitement au point».

Mais la prédiction de ce visionnaire à l’origine de PayPal, SpaceX et Tesla, pourrait prendre du temps à se réaliser. Avec un parc automobile mondial estimé à deux milliards d’engins, et une production de maximum 100 millions de véhicules neufs par an, le remplacement des voitures «manuelles» par des modèles «autonomes» pourrait prendre 20 ans. Et avant ça, il reste à convaincre qu’un «robot», une intelligence artificielle, puisse conduire sans danger sur la route.

Elon Musk dans le modèle autonome «Tesla Model S»