Fake-similé

Bernard-Henri Lévy sombre dans la dépression après ne pas avoir été entarté à Namur

Bernard-Henri Lévy sombre dans la dépression après ne pas avoir été entarté à Namur

Bernard-Henri Lévy dans les rues de Namur (avec Jan Fabre) : "alors elle vient cette tarte ? " photo Lavenir

Le philosophe et essayiste Bernard-Henri Lévy, dit BHL, serait profondément déprimé. Et cela à la suite d'un bref passage en Belgique où il n'a même pas été entarté...

C'est à Namur, fin de la semaine dernière, que le drame s'est joué.

Le célèbre philosophe et polémiste Bernard-Henri Lévy était présent dans la capitale de la Wallonie pour l'ouverture une importante exposition intitulée "Facing time" qui propose un dialogue entre les oeuvres du mythique peintre Félicien Rops et celles du sulfureux sculpteur flamand Jan Fabre.

L'auteur de "La Barbarie à visage humain" avait fait le déplacement depuis Paris pour avoir rédigé un des textes du catalogue.

A ce titre, il était donc présent en chair, en os et en chemise blanche ouverte, lors d'une conférence de presse aux côtés des organisateurs, et cela dans une salle de spectacle très accessible du centre-ville. Il a pris la parole debout derrière un pupitre, sans la moindre protection. 

Dans la même après-midi, il est aussi apparu au balcon du Théâtre royal de Namur. Il s'est également promené dans les rues de la vieille ville. Totalement disponible pour les badauds et les photographes...

Et pourtant... rien ne s'est passé ! Pas le moindre attentat pâtissier. Aucune tarte à la crème ne lui est arrivée sur le nez ou sur le blazer. Pire pour BHL : les initiateurs de l'événement n'étaient même pas nerveux ! La police locale n'était même pas sur les dents !

Terrible déception donc pour le philosophe, entarté pas moins de sept fois depuis une vingtaine d'années, tant en Belgique qu'en France, et cible favorite de l'entarteur George Le Gloupier (devenu fort discret).

Un statut de martyr de la chantilly qui avait fait beaucoup pour sa notoriété, transformant chacune de ses apparitions publiques (conférence ou séance de dédicaces) en un événement où l'on retenait son souffle.  

L'écrivain parisien espérait qu'un nouvel attentat ravive sa notoriété quelque peu en perte de vitesse, et fasse remonter les ventes de ses derniers livres, tout en lui assurant "la une" des médias belges et français.

Bernard-Henri Lévy est donc rentré à Paris quelque peu déstabilisé. Alors qu'il devait rédiger plusieurs articles cette semaine et siéger dans divers comités, on a appris qu'il avait tout annulé et s'était mis en congé, au motif d'une solide déprime.

Pour BHL, en effet, ne plus être entarté signifie tomber dans l'oubli. "Si je n'irrite plus, si je n'énerve plus, c'est que je n'existe plus", aurait-il confié à un proche, avant de fondre en larmes. 

Aux dernières nouvelles, Bernard-Henri Lévy est en cure de repos dans un container, quelque part dans le Midi. Il cherche un moyen de relancer sa carrière...

 

Nos dernières videos