-

Paul Magnette s’en prend à « une droite arrogante et antisociale »

Paul Magnette s’en prend à « une droite arrogante et antisociale »

Paul Magnette a plaidé pour «une gauche forte et unie» Belga

L’essentiel des critiques du président du PS et tête de liste à la Région pour Charleroi Paul Magnette est allé aux libéraux, jeudi, lors de la manifestation du 1er mai à Charleroi. Il a évoqué «cette droite arrogante et antisociale», dont il a souligné ce qu’il a appelé le «fiasco du programme fiscal», et la volonté de favoriser avant tout les gros salaires indécents quand des milliers de Belges ont du mal à joindre les deux bouts.

L’essentiel des critiques du président du PS et tête de liste à la Région pour Charleroi Paul Magnette est allé aux libéraux, jeudi, lors de la manifestation du 1er mai à Charleroi.

Il a évoqué «cette droite arrogante et antisociale», dont il a souligné ce qu’il a appelé le «fiasco du programme fiscal», et la volonté de favoriser avant tout les gros salaires indécents quand des milliers de Belges ont du mal à joindre les deux bouts.

Pour lui, l’indécence libérale a plusieurs aspects: le gel des salaires, les sauts d’index, la volonté de privatiser des services publics, les atteintes au droit de grève, les menaces sur les secteurs sociaux, autant de menaces qui pèsent sur les travailleurs, a lancé Paul Magnette, avant de rappeler que le PS, lui, avait toujours su prendre ses responsabilités et faire front, à tous les moments difficiles qu’a vécus le pays.

Les socialistes, a-t-il rappelé, proposent un contrat d’insertion pour tous les jeunes qui n’ont pas trouvé de travail au plus tard 18 mois après la fin de leurs études, «un vrai emploi, avec un vrai contrat et un vrai salaire».

Autre mesure, a dit Paul Magnette: «faire contribuer le capital et le 1% des Belges les plus riches pour mieux faire vivre 99% des Belges».

«Nous voulons augmenter de 10% les pensions, allocations et indemnité les plus basses», a-t-il ajouté, avant de rappeler que, l’an dernier, «les patrons du Bel 20 se sont octroyé une augmentation de 11%».

«Chaque voix perdue par les socialistes affaiblira notre modèle social»

Paul Magnette a encore évoqué le vote pour «une gauche plus extrême», pour dire que les rapports de force se tiennent au sein des gouvernements.

«Chaque voix perdue par les socialistes affaiblira notre modèle social», a-t-il dit, plaidant pour «une gauche forte et unie» avant de lancer un appel à la mobilisation jusqu’aux élections.

Avant lui, la députée fédérale Ozlem Ozen, présidente de la Fédération de Charleroi, a rappelé l’ampleur de la crise «libérale et financière», face à laquelle, a-t-elle dit, Elio Di Rupo avait été à la pointe du combat, pour peser sur les choix. Le PS, qui a été la seule protection des travailleurs et des acquis sociaux, reste le seul vote utile, a-t-elle estimé.

Secrétaire générale de Solidaris Charleroi-Centre, Gaétane d’Hoeraene a insisté sur les valeurs d’une société qui privilégie la redistribution vers tous et surtout les plus démunis.

«Et l’Europe, ça ne va pas»

Troisième candidat de la liste européenne, Hugues Bayet, bourgmestre de Farciennes a dit qu’il n’y a pas d’autre projet que celui du PS, entre le «centre mou» et la droite, à côté d’une autre gauche qui ne veut pas du pouvoir.

Pour lui, le combat à mener au niveau de l’Europe consiste à faire obstacle à une droite qui ne cesse de prôner l’austérité. Cela, a-t-il rappelé, alors que l’Europe pèse sur nos décisions et notre vie quotidienne, dans tous les secteurs, et doit être un levier social.

«C’est vrai, l’Europe, ça ne va pas», a-t-il lancé. «Mais parce qu’elle est cette Europe-là, et que nous voulons la changer.» Il a ironisé au passage sur les positions de Louis Michel, qui veut une Europe «encore plus libérale» et sur le rôle de Claude Rolin, tête de liste cdH alors que le PPE a voté toutes les mesures actuelles.

Pour Hugues Bayet, les priorités doivent aller au niveau européen à l’emploi et à la garantie d’emploi faite à la jeunesse, ainsi qu’à une lutte contre le dumping social. Il aussi évoqué les progrès et les réussites accomplis dans la région de Charleroi, et auxquels l’Europe a apporté sa contribution.