1 ER MAI -

Willy Demeyer : « Le PTB, un allié objectif de la N-VA et du MR »

Willy Demeyer : « Le PTB, un allié objectif de la N-VA et du MR »

*Photo d’illustration Belga

A l’occasion de la Fête du Travail, les socialistes liégeois avaient rendez-vous au parc d'Avroy pour un meeting. L’occasion de prendre en cible certains partis.

+ Interdits de manif, les pompiers liégeois s'invitent au 1er mai

+ Anne Demelenne à voter à gauche « sans se disperser »

+ PTB-Go! : « Charles Michel ne défend pas Walter le libraire mais Albert le millionnaire »

+ Interdits de manif, les pompiers s'invitent au parc d'Avroy

Les socialistes liégeois ont mis en garde jeudi les électeurs de gauche contre la tentation d’un vote pour un autre parti que le PS et le risque d’une relégation dans l’opposition de celui-ci.

Si ce scénario devait se réaliser, le «gouvernement des droites» ferait sauter un à un les acquis sociaux, à commencer par l’indexation des salaires, ont averti les différentes personnalités politiques mais aussi syndicales et issues des mutualités rassemblées au Parc d’Avroy pour le 1er mai.

«Si le PS bascule dans l’opposition, c’est 0 pc du programme de gauche qui sera réalisé et 100 pc du programme de droite», a lancé le président de la Fédération liégeoise du PS et bourgmestre de Liège, Willy Demeyer.

Une droite pour Reynders...

Comme ses camarades, M. Demeyer n’a pas été convaincu par les propos récents de Didier Reynders à propos de la N-VA.

«Malgré ses démentis la main sur le coeur, cet homme est capable de s’allier à un parti séparatiste pour réaliser son rêve: devenir Premier ministre», a-t-il lancé aux militants.

Une gauche pour le PTB

A gauche, le PTB, auquel les sondages laissent espérer des élus le 25 mai, a été la cible des critiques. Le parti de gauche radicale a été qualifié d’«allié objectif de la N-VA et du MR» parce qu’il pourrait, aux yeux des socialistes, diviser le vote à gauche.

«Cinq minutes de plaisir politique ne valent pas 5 ans de malheur. Nous n’aurons pas de 2e tour», a fait remarquer M. Demeyer.

Dans les rangs syndicaux, le message a été le même.

«Pour porter les revendications des travailleurs, nous avons besoin d’un relais politique fort dans les gouvernements, et ce relais politique fort, c’est le Parti socialiste», a lancé le président de la FGTB Liège-Huy-Waremme, Marc Goblet.

Les discours du 1er mai se sont tenus dans des conditions particulières. Le Parc d’Avroy était barricadé et protégé par la police des pompiers qui manifestaient à quelques mètres de là.