CYCLISME -

Michael Rasmussen a voulu utiliser le sang de son père

Michael Rasmussen a voulu utiliser le sang de son père

Michael Rasmussen l’avoue : ses parents étaient au courant de ses pratiques.

Reporters

L’ex-coureur cycliste danois Michael Rasmussen a révélé, dans une interview accordée ce ce dimanche à la télévision danoise DR1, qu’il a eu l’intention d’utiliser le sang de son père lors d’un contrôle antidopage.

Les faits remontent avant la Flèche Wallonne 2004. Mais l’analyse de l’échantillon du sang paternel prélevé dans un hôtel belge a prouvé qu’il n’était pas compatible avec le sien.

«Il n’y a donc pas eu de dopage sanguin. Cela aurait constitué une étape de trop», a commenté Rasmussen sur l’implication de son père dans son programme de dopage sanguin. «Ce n’était pas facile mais mes parents avaient conscience que je me dopais pour rouler plus vite. Je devais utiliser les mêmes méthodes que mes concurrents afin de pouvoir lutter avec eux.»

Selon Rasmussen, en 2003, il s’est entretenu avec le médecin de l’équipe Rabobank sur les différentes formes de dopage sanguin, parmi lesquelles celle qui consiste à utiliser le sang d’une autre personne pour masquer la prise d’un produit interdit.

Rasmussen a avoué en janvier qu’il a utilisé des produits dopants pendant les 12 ans de sa carrière. Depuis, il collabore avec l’agence danoise antidopage et vient d’écrire une biographie «Gul feber» (la fièvre jaune).

Celle-ci n’est disponible qu’à partir de ce lundi mais des extraits publiés dans les médias ont provoqué beaucoup de polémiques. Rabobank, l’ancienne formation de Rasmussen, s’abstient de tout commentaire.