PRESSE

Indépendance de L’Avenir: «Nous serons intransigeants» face à Tecteo

L’Avenir faisait officiellement sa rentrée ce soir au Parlement wallon devant plus d’une centaine d’invités. L’occasion pour la direction de revenir sur le récent rachat de Tecteo.

L’Avenir a connu des rentrées moins agitées qu’en ce mois de septembre. A la fois acteur et observateur, notre journal est l’objet de toutes les attentions des autres médias, du monde politique et bien sûr du public. Une situation particulière pour Quentin Gemoets, administrateur-délégué de la société, et Thierry Dupièreux, rédacteur en chef, qui prenaient tous deux la parole ce soir.

Et face à un parterre de politiciens et de journalistes, c’était l’occasion pour les responsables de rappeler quelques principes fondamentaux. « Proximité et crédibilité, ligne éditoriale claire, indépendance rédactionnelle absolue, autonomie et leadership managérial sont les clés de notre succès. Nous serons dès lors vigilants, que dis-je intransigeants sur le respect absolu par notre nouvel actionnaire Tecteo de ces facteurs clés de poursuite de notre succès. Tecteo le sait et Tecteo s’y engage» a martelé Quentin Gemoets.

L’administrateur-délégué a en-outre précisé qu’il n’avait pas décidé de changer d’actionnaire (Corelio pour Tecteo) et qu’il n’avait pas été associé au choix. Pour autant, il est « convaincu » de l’intérêt stratégique d’un tel rapprochement pour notamment « accentuer et accélérer le déploiement numérique ».

Thierry Dupièreux, le rédacteur en chef, lui est revenu sur toute la problématique des intercommunales et de leur gestion. Origine du gros malaise politique actuel.

« Dans le dossier qui agite L’Avenir aujourd’hui, je pense aussi que le monde politique doit s’interroger sur la confiance accordée par les citoyens dans la gestion des intercommunales. La fuite en avant de ces derniers jours tend à démontrer qu’il y a de quoi se poser des questions sur ce chapitre. Est-il normal de voir une entreprise, comme L’Avenir, non seulement rentable, mais aussi essentielle dans le jeu démocratique, menacée dans son évolution par un manque de clarté et de responsabilité politique qui débouche sur un dangereux capharnaüm ? »