L’antre de l’horreur

EDA

La maison où ont été séquestrées Sabine et Lætitia et où sont décédées Julie et Mélissa est toujours là, masquée par une immense fresque décrépie. Expropriée il y a deux ans, elle a été rachetée par la Ville de Charleroi pour 50 000 € avec les frais de justice. Dans les deux ans, la Ville devrait y aménager la plaine du souvenir. Une esplanade arborée et fleurie, à dominante blanche, au fond de laquelle la fresque représentant un enfant regardant un cerf-volant dans le ciel sera réinstallée après rénovation. Le projet d’aménagement devrait coûter quelque 300 000 € à Charleroi. Dans le voisinage de la maison de Marcinelle, on attend l’aboutissement du projet avec impatience, parce que le chancre provoque des désagréments d’infiltrations d’eau. Même si la maison est épargnée par le tourisme macabre, une fois par mois, un autocariste carolo y emmène ses clients lors d’une tournée des endroits les plus surréalistes de Charleroi…¦A.W.