Contador exclut de se résigner à sa suspension

Reporters

Alberto Contador espère encore être blanchi. Le triple vainqueur du Tour de France, qui encourt une suspension d'un an pour dopage, a rejeté lundi l'idée de se résigner à cette sanction.

La semaine dernière, le manager de l'équipe Astana que Contador a quitté à l'intersaison pour rejoindre la formation Saxo Bank avait conseillé à l'Espagnol de se résigner à encourir sa suspension au lieu de la combattre. Contador "doit accepter la suspension et repartir de zéro", avait dit Giuseppe Martinelli. "Parfois, il faut faire un choix. Soit on se tape la tête contre les murs soit on trouve le courage de tout recommencer", avait-il ajouté.

Assurant croire que Contador est "propre", Martinelli avait fait remarquer que l'année de suspension viendrait à terme en août, "ce qui n'est pas trop long".

"Pourquoi devrais-je accepter une suspension d'un an si je n'ai rien fait du tout? Franchement, ça ne me paraît pas la bonne solution", a réagi Contador au sujet de la récente prise de position du manageur d'Astana.

Pour rappel, Contador, 28 ans, a subi le 21 juillet 2010 à Pau un contrôle antidopage positif qui a révélé des traces infimes de clenbutérol, un produit qui stimule la fonction pulmonaire et possède aussi des effets anabolisants. Le triple vainqueur du Tour de France (2007, 2009 et 2010) s'est toujours défendu en affirmant avoir été victime d'une contamination alimentaire. Il risque une suspension d'un an, sanction proposée par la Fédération espagnole de cyclisme, et la perte de sa victoire dans le Tour 2010. La sanction définitive, susceptible de recours devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) de la part du coureur mais aussi de l'Union cycliste internationale (UCI) et de l'Agence mondiale antidopage (AMA), doit être connue avant la mi-février.

Avec Belga