Des armes wallonnes pour mater les manifestants en Libye ?

Des armes wallonnes pour mater les manifestants en Libye ? BELGA

Alors que 500 Libyens ont envahi et pillé lundi un chantier de construction sud-coréenprès de Tripoli, la Ligue des droits de l'Homme a rappelé que des armes utilisées par les forces de sécurité libyennes proviennent notamment de la FN Herstal.

Souvenez-vous, la vente d'armes wallonnes avaient déjà suscité la polémique lors du contrat signé entre la FN et les autorités libyennes en 2009.

Le contrat d'un valeur de 11,5 millions d'euros comportait plusieurs lots de matériel dont 367 fusils F2000, 367 P90, 367 pistolets 5.7, 22.000 grenades pour fusils ou encore 1,134 million de munitions pour les différentes armes.

Cette première commande aurait dû être suivie par un autre contrat d'un montant estimé à 111 millions d'euros. Mais la polémique créé avec le premier contrat a détourné la Libye vers la Russie, indique La Libre Belgique

"La Libye est bien entendu, l'exemple parfait d'un régime auquel il faudrait s'abstenir de livrer le type d'équipement constitué par les armes à létalité réduite. C'est en effet, ce type d'armes qui sont généralement utilisées pour la répression des manifestants", a indiqué la Ligue des droits de l'Homme dans un communiqué.

Dans Le Soir, la Région wallonne, actionnaire à 100%, dément vigoureusement: " Le contrat qui a été signé stipule  expressément que les armes sont destinées au 32e bataillon des forces d'élite de l'armée libyenne dans le cadre d'une mission de protection des convois d'aide humanitaire à destination du Darfour"  indique le porte-parole de Rudy Demotte.

La Région wallonne ajoute aussi qu'elle n'est pas la seule à fournir des armes à la Libye "les centaines d'armes wallonnes ne vont pas changer la donne en Libye."

"L'argent est plus important que les vies humaines"

En tout cas le sujet va revenir sur le tapis d'ici mercredi. Joëlle Milquet sur les ondes de Bel RTL  a souhaité qu'à l'occasion de la réunion du gouvernement wallon mercredi, "on étudie, avec les éléments de traçabilité que nous avons, si oui ou non, il pourrait y  avoir des hypothèses d'utilisation de ces armes (contre les civils)".

"Normalement non, parce que (ces armes sont) pour l'armée et pour accompagner des convois humanitaires, mais on n'est jamais sûr, et je pense que nous devons avoir une énorme vigilance en la matière", a-t-elle ajouté.

Interrogé lundi matin sur La Première, le sénateur Rik Torfs (CD&V) a, lui, sévèrement critiqué la vente d'armes wallonnes au régime de Kadhafi, et leur usage éventuel contre la rébellion populaire en cours."L'argent est plus important que les vies humaines", a-t-il
notamment déploré. "Cela fait partie de notre monde cynique. Il faut combattre cela".

Ave Belga