TELEFILM

Dans les coulisses de la succession de Pompidou

Jean-François Balmer incarne Georges Pompidou aux derniers jours de sa vie dans «Mort d'un président», un téléfilm aux allures de thriller.

Le 31 mai 1973, les téléspectateurs français découvrent le visage bouffi de Georges Pompidou. Quoi qu'en dise la «voix de la France» (l'ORTF), le président de la République est gravement malade. Il souffre de la maladie de Waldenström (une maladie du sang) et mourra moins d'un an plus tard, le 2 avril 1974.

Le réalisateur Pierre Aknine s'intéresse aux derniers mois de la vie de Pompidou pour raconter à la manière d'un thriller les coulisses de sa succession. Les dialogues sont vifs, la caméra nerveuse et une lumière cafardeuse baigne les tractations des élus gaullistes et des conseillers politiques qui préparent dans l'ombre le remplacement du 19e chef d'état français. Un jeu politique cruel dans lequel deux conseillers (Marie-France Garaud et Pierre Juillet) tentent de fabriquer le candidat qui servira au mieux leurs intérêts.

On découvre aussi la relation qui unissait Georges Pompidou et son épouse, Claude Cahour. Celle-ci n'aimait pas la vie que Pompidou lui faisait mener mais l'acceptait par amour pour lui.

Ce thriller politique est porté par un Jean-François Balmer très inspiré et presque méconnaissable sous les traits bouffis du président agonisant. Son interprétation toute en nuances est magistrale. Les autres comédiens sont à la hauteur. Florence Muller et André Marcon campent avec talent le duo machiavélique formé par Marie-France Garaud et Pierre Juillet. Samuel Labarthe et Cyrille Eldin endossent respectivement le costume de Chirac et de Balladur, avec la même aisance, le même talent.

France 3, 20.35

Nos dernières videos