Mondial 2018: Vote à bulletins secrets... évidemment

Mondial 2018: Vote à bulletins secrets... évidemment

La composition du comité exécutif. EdA

22 dirigeants n'ayant de comptes à rendre qu'à eux-mêmes, un vote à bulletins secrets : même une voyante n'y verrait pas clair.

+ Vous n'y croyez pas
+ Les stades, c'est pas encore du béton
+ TOUT sur la candidature belgo-néerlandaise
+ Peut-on faire sauter la banque en Suisse?


Si vous voulez une idée de l'importance d'une Coupe du monde pour un pays, il suffit de survoler la liste des personnalités présentes à Zurich. En vrac, Bill Clinton, Morgan Freeman, Johan Cruyff, le gouverneur général australien, Elle Macpherson, David Cameron, le prince Williams, David Beckham, l'émir du Qatar, les premiers ministres coréen et portugais, le vice-premier russe, José Luis Zapatero, Iker Casillas (C. Ronaldo, blessé, a fait faux bond in extremis), sans parler d'Yves Leterme et de Mark Rutte.

Tout ce beau monde ne serait évidemment pas là si l'enjeu n'était pas majeur, politiquement et économiquement aussi. Le plus piquant, c'est que ces personnages, pour la plupart importants, sont suspendus à une décision prise par un Comité exécutif dont tous les membres ne sont pas aussi représentatifs, pour ne pas dire respectables. Et dans des conditions dont la clarté n'est pas le point fort.

Où voit-on encore, sinon dans ce genre d'organisation sportive monopolistique, des choix stratégiques aussi déterminants, avec autant d'impact sur les communautés, effectués à bulletins secrets par des gens d'horizons divers qui ne sont contrôlés par personne, sinon par eux-mêmes (et encore, si peu)?

Autre question, qui induit sa réponse : comment dans ces conditions, avec ce que l'on sait de l'âme humaine voire des us ou coutumes dans d'autres parties du monde, s'étonner qu'il y ait corruption? Même la peu soupçonneuse Helvétie, où la FIFA et l'UEFA ont élu domicile pour les raisons que l'on devine, s'en est récemment émue.

Toujours est-il que les règles du jeu sont ce qu'elles sont :

1. En ce qui concerne le Mondial 2018, les 4 candidats présenteront leur dossier ce matin, à commencer par les Belgo-Hollandais à 9h, suivis par l'Espagne-Portugal 10h, l'Angleterre 11h, et la Russie 12h. L'adage dit qu'il vaut mieux parler le dernier que le premier, espérons qu'il ne s'applique pas.

2. Le vote a lieu au siège de la FIFA. La candidature qui recueille la majorité absolue (ici, 12 voix) l'emporte. Si ce n'est pas le cas au premier tour, un deuxième est effectué sans la candidature ayant recueilli le moins de voix. Le processus se répète jusqu'à ce qu'il y ait un vainqueur. En cas d'égalité entre les deux dernières candidatures, la voix du président est prééminente. C'est Sepp Blatter lui-même qui annoncera le nom de l'heureux élu, vers 16/17h, au parc des Expositions de Zurich.