Le sujet a été longtemps tabou. Les soldats de la Wehrmacht étaient dopés à la pervitine, la «pilule de Göring».

Q uand ils envahissent la France ou l'URSS au cours de marches forcées, les soldats de la Wehrmacht sont souvent dopés par une «pilule magique», la pervitine qu'on appelle aussi la «pilule de Göring».

Mais d'où vient cette pervitine et quel usage en a exactement fait l'Allemagne hitlérienne. Le documentaire diffusé ce soir sur Arte s'intéresse à cette amphétamine encore en usage actuellement.

Après de premières recherches au Japon et aux États-Unis dans les années 20, c'est en Allemagne, en 1937, qu'un chimiste arrive à synthétiser une amphétamine particulièrement efficace, la méthamphétamine. Elle est commercialisée la même année par la firme allemande Temmler sous le nom de pervitine.

Très vite, les médecins de la Wehrmacht s'intéressent à ce nouvel excitant du système nerveux qui accroît la vigilance, la résistance à la fatigue et le sentiment d'invincibilité.

L'armée allemande va alors distribuer ces «pilules magiques» à ses pilotes d'avion, à ses fantassins, à ses conducteurs de chars.

Plus tard, à la fin de la guerre, quand il s'agira d'enrôler les plus jeunes et de les mobiliser dans la défense antiaérienne, c'est à coup de pervitine qu'ils tiennent le coup!

Dans ce documentaire de Sönke el Bitar, réalisé en 2010, des témoins de cette époque s'expriment et révèlent aussi que, tant dans l'armée que dans la population civile, la consommation de pervitine en Allemagne s'est prolongée bien au-delà de la fin des hostilités.

On notera que la pervitine est répertoriée par la convention sur les substances psychotropes de 1971. Au Canada, elle est pénalement classée au même rang que la cocaïne et l'héroïne.

Arte, 20.40