Sondage : tous dans l'ombre du Roi-Soleil Di Rupo

Et s'il ne devait en rester qu'un... ce sera Elio Di Rupo. Alors que tout le monde politique s'écrase, cadors y compris, le patron des socialistes rayonne sur le paysage wallon : tout le monde connaît Elio et ils sont de plus en plus nombreux à apprécier son action politique.

 

Alors que l'ancien bronze en Toscane, Elio c'est décidément le nouveau numero uno des Wallons. Comme Louis XIV, il a traversé la fronde jadis, mais, aujourd'hui, il annexe de plus en plus de territoires sur sa gauche et rayonne de manière incontestable sur ses terres.

 

Les autres ? Ils sont certes tous mieux connus qu'il y a six mois (le contraire serait dommage...), mais tous déçoivent dans leur action. « Nonante jours après les élections les gens voient que c'est toujours l'immobilisme, tempère Marc Dumoulin, directeur de Dedicated Research. Et sans doute l'ensemble de la classe politique paie-t-elle un certain ras-le-bol.»

Même un Rudy Demotte (PS) dont l'action à la tête du gouvernement wallon est régulièrement saluée perd 11 points de confiance par rapport au mois de mars. Avec l'Écolo Jean-Michel Javaux, il reste toutefois dans le haut du tableau, tant en notoriété qu'en appréciation.

Si le résultat de son parti peut lui donner le cafard, Joëlle Milquet se consolera avec une notoriété en hausse, bien que son action soit moins appréciée (20 % d'appréciation en moins en un an !).

Inquiétant : son successeur à la présidence du cdH ne fait guère mieux sur ce point et le travail de ses ministres convainc de moins en moins... Mais il est vrai qu'ils ne sont que sept dans ce classement à échapper à la cote d'exclusion. Dont un certain Herman Van Rompuy parti depuis presque une éternité pour les cieux européens. Nostalgie belgicaine, quand tu nous tiens.