Ils voient la vie en roses Portes ouvertes

La rose était un geste d'amour. C'est devenu la passion de Philippe, puis son métier, en suivant le fil rose.

C'est la première saison où Philippe et Mireille Brassine sont pépiniéristes, purement et simplement. Ils ont ouvert Fil roses il y a quatre ans, mais leur amour des roses remonte plus loin. « Le 16 juin, c'est l'anniversaire de mon épouse, explique Philippe Brassine. Il y a trente ans, je lui ai offert un bouquet de roses que j'avais cueillies dans mon jardin à Éghezée. Pour étoffer le bouquet, d'année en année, j'ai planté de plus en plus de rosiers. » Huit ans après, le couple déménage à Orp-le-Grand. Le jardin est plus grand, et la collectionnite s'empare d'eux. « On a commencé par des rosiers anciens, plus plantureux, plus odorants... » Puis, après plusieurs voyages en Angleterre dans les années 70-75, ils découvrent les roses de David Austin. « Les roses anciennes sont appréciées pour leurs formes et leur parfum, mais ne fleurissent que trois semaines par an. David Austin les a hybridés avec des rosiers de Chine, pour qu'ils soient remontants. On peut profiter des roses de juin à octobre, voire novembre ! »

Une entreprise familiale

En plus des roses, Philippe est passionné par les chevaux. Il a été pendant trente ans journaliste pour Sport turf . Son épouse travaillait avec lui, et son fils Julien s'occupait de la mise en page. Mais les roses ont pris le dessus. Julien a élaboré le site internet en trois langues... C'est le premier résultat sur Google, si vous tapez « fil » et « rose » !

Au début, le site internet était le seul moyen d'acheter au Fil roses : 80 % des clients étaient français. « Certains viennent en camionnette », rit Mireille. Internet a aussi attiré une clientèle californienne : « On a tout eu un 1er client il y a deux ans. Puis un deuxième, un troisième... » Les nouveaux clients se situaient dans un rayon de 10 à 20 km : le bouche à oreille fonctionnait, outre Atlantique. Aujourd'hui, le premier client new-yorkais est arrivé. La force d'attraction du site, c'est le forum, où les amateurs de roses partagent leurs expériences et leurs photos. On y trouve aussi des conseils pour planter, tailler, traiter, amender... parfois illustrés par des vidéos. On peut s'abonner à la newsletter, qui donne les conseils au fur et à mesure, en fonction des saisons.

À la pépinière, Philippe conseille le client qui choisit un rosier. Il est l'encyclopédie des roses et Mireille le conseil esthétique, elle associe les couleurs. Elle travaillait autrefois dans le milieu de la mode. Aujourd'hui, elle apporte la beauté dans sa maison, sa cour, son jardin. Elle a composé ses parterres bordés de buis, et y marie les roses avec des vivaces (hortensia, lavande, coeur de Marie...), avec un coin romantique, un coin coloré, un coin plus « osé ». Elle déniche des statues, des bordures, des bancs. Dans ses balconnières, elle trouve des annuelles aux tons inhabituels, vieux rose, en parfaite harmonie avec sa maison. Elle organise les 10 et dimanche 11 juillet un atelier d'association de plantes et décoration de jardins.

Une nurserie des roses Philippe et Mireille ne produisent pas eux-mêmes leurs rosiers. Ils travaillent avec 28 producteurs différents : Anglais, Français, Allemands... et même des amateurs, qui se trouvent du côté de Saint-Trond, qui n'ont pas forcément les moyens de commercialiser leurs créations.

« Il faut 7 à 10 ans pour pouvoir commercialiser un rosier que l'on crée : voir comment il se comporte au gel, comment il résiste aux maladies... Nous, on les accueille : c'est un élevage, ou plutôt une nurserie, dit le rosiériste avec beaucoup de tendresse.

Si le rosier n'est pas vendu dans sa première année, Philippe ne recoupe pas ses racines, ce qui pourrait le fragiliser. Il le laisse grandir, dans un pot de 7 litres, 12, 20, ou même 50 litres, si la plante reste quatre ans... Cela permet une reprise fantastique au jardin.

En travaillant dans les roses, Philippe et Mireille vivent leur passion... et la transmettent. Leurs clients ne viennent pas juste acheter une fleur, ils viennent glaner des conseils, discutent, se promènent dans cet endroit en dehors du temps... et deviennent souvent des copains.

FilRoses -Le Temps des Roses, rue Achille Motte 21 à 1350 Orp-le-Grand. Tél. : 0474 56 47 17 ; fax. : 01963 58 61. Mail : info@filroses.com http://www.filroses.com. Ouvert le vendredi après-midi, samedi et dimanche.

Nos dernières videos