ELECTIONS 2010

De Wever-Di Rupo, l'eau et le feu

De Wever-Di Rupo, l'eau et le feu

Bart De Wever (N-VA) et Elio Di Rupo (PS) deux hommes que tout oppose. Belga

Laurel et Hardy, l'eau et le feu, De Wever et Di Rupo . Les deux hommes les plus puissants du pays forment le nouveau « couple parental » belge. Un duo explosif.

Le duo pourrait avoir quelque chose de comique si l'heure n'était à ce point grave. Elio Di Rupo et Bart De Wever sont allés hier chez le Roi. Ces deux hommes-là détiennent l'avenir du pays entre leurs mains. Leur bras de fer sera terrible. Pour l'heure, ils se jaugent, se scrutent, se soupèsent. On aimerait être une petite souris pour assister à leur rencontre, pour les voir à l'oeuvre.

Le gros qui gagne des concours télés, se gave de citations latines, met des culottes courtes pendant ses vacances au Tyrol et présente une éternelle mine ironique. Le mince, toujours tiré à quatre épingles, qui pratique un néerlandais laborieux, qui fréquente assidûment les salles de sport et affiche un perpétuel sourire. Pierre Richard et Gérard Depardieu. Un couple d'anthologie, vraiment.

Il n'y a pas de quoi rire. Car ces deux-là ne sont en rien des petits rigolos. De Wever et Di Rupo sont des vrais pros. Deux négociateurs hors pair. Deux joueurs de poker hors normes, capables de perdre une main pour mieux gagner la suivante.

Un germanique et un latin

Tout les oppose. Un conservateur progressiste contre un progressiste laïc. Un homme de droite bien rude contre un homme de gauche très net. Un Flamand et un Wallon, évidemment, mais l'antagonisme va plus loin. Un germanique et un latin. Voilà, au fond, le couple le plus belge qui soit. À eux deux, ils incarnent, à l'extrême, à la perfection la Belgique telle qu'elle est aujourd'hui.

Un Belge sur trois leur a fait confiance

Leur destin aujourd'hui est de construire des ponts, comme ils le disent. Le pari est osé. Leurs points de vue de départ sont tellement éloignés que les ponts à construire prennent des allures de viaduc de Millaut. Mais on sent bien qu'ils veulent y parvenir, qu'ils y sont condamnés. Ils pourraient marquer l'histoire politique du pays. Comme l'ont fait, il y a plus de trois décennies, un François Perin et un Hugo Schiltz, qui se sont forgé alors une réputation d'hommes d'État.

Les deux patrons du pays partagent quelques atouts non négligeables. Un goût immodéré pour le pouvoir. Une légitimité démocratique incontestable : un Belge sur trois leur a fait confiance. Un sens politique redoutable. Un atout rare : la lassitude de l'opinion devant le pourrissement du dossier communautaire.

Le tube de l'été

Ils ont surtout un objectif commun (mais oui) : être le maître absolu dans leur communauté respective. Et le rester le plus longtemps possible, si possible pour la décennie à venir. Ce partage du territoire et du pouvoir les réunit. Ils veulent être cet homme d'État qui a sauvé la Belgique, cet homme d'État qui a offert l'indépendance à la Flandre. Pour aboutir, ils doivent marcher ensemble. Le couple De Wever-Di Rupo sera le tube de cet été. Et pourrait s'accrocher au top pendant longtemps.

+ Prolongez l'info dans L'Avenir de ce mardi 15 juin

Nos dernières videos