Arche de Zoé: 7 à 11 ans de travaux forcés requis

Eric Breteau, le président de l'Arche de Zoé; risque gros. (photo Reuters)

Le procureur général de la Cour criminelle de N'Djamena a requis mercredi une peine comprise entre 7 et 11 ans de prison assortis de travaux forcés contre l'ensemble des six accusés français dans le procès de L'Arche de Zoé. Le verdict est attendu dans la journée.

Le procureur général Beassoum Ben Ngassoro a demandé de "déclarer coupables" les six Français de "tentative d'enlèvement d'enfants en vue de compromettre leur état civil", de "faux et usage de faux en écritures publiques" et de "grivèlerie". Il n'a pas fait de distinction entre les six accusés français.

Jugés depuis vendredi, les six Français de L'Arche de Zoé sont accusés d'avoir voulu emmener du Tchad en France 103 enfants. Eux ont affirmé qu'il s'agissait d'"orphelins du Darfour", une province soudanaise voisine de l'est du Tchad en proie à la guerre civile.

Avec Belga

Nos dernières videos