Renforcer les échanges entre régions et communautés : après six mois de crise, le message royal prend une autre ampleur.

L e roi Albert II a salué lundi, dans son message de Noël, la formation du gouvernement intérimaire Verhofstadt III et lancé un appel en faveur d'un «rapprochement» entre les communautés et régions, ainsi qu'à un meilleur apprentissage des langues nationales.

«Un gouvernement a pu être constitué pour régler des problèmes urgents. Une réforme et une modernisation de notre État fédéral seront mises en chantier. Je remercie toutes les personnes qui d'une manière ou d'une autre y ont contribué», a affirmé le Souverain dans ce discours enregistré vendredi.

Il a souligné que «l'année qui s'achève a connu sur le plan politique incontestablement une période éprouvante», allusion à la crise de plus de six mois qui a suivi les élections législatives du 10 juin dernier.

«Heureusement, la créativité, le bon sens, et l'esprit de compromis qui sont des qualités bien belges, ont fini par l'emporter», s'est réjoui le chef de l'État, tout en évoquant «des enseignements pour l'avenir» à tirer des «difficultés vécues».

«Il est indispensable de développer et de renforcer les contacts et les échanges entre responsables dans tous les domaines, issus de communautés et régions différentes», suggère ainsi le Roi, qui note qu'«on a parfois l'impression que nos relations sont plus organisées et plus structurées avec les pays étrangers, qu'elles ne le sont à l'intérieur de notre propre pays».

«Dans un indispensable esprit d'ouverture, de respect mutuel et de tolérance, n'oublions pas nos voisins immédiats, citoyens d'un même pays. Encourageons entre eux le dialogue constructif. Il aidera chacun à écouter et à comprendre les sensibilités des uns et des autres et à progresser ensemble», a affirmé le Souverain.

Il a ainsi une nouvelle fois insisté «avec force» sur la nécessité «surtout pour nos jeunes, de bien connaître la langue des autres communautés», «condition première pour se comprendre et s'apprécier entre citoyens de communautés différentes». Selon lui, l'effort de rapprochement nécessite aussi «une forme de réconciliation entre communautés». «Dans notre histoire il y eut certainement des injustices collectives. Il importe de surmonter ces blessures et de tout faire pour favoriser l'entente afin de construire ensemble un avenir commun. Cet objectif n'est pas utopique. Après tout, la construction européenne elle-même n'est-elle pas basée sur une volonté de réconciliation?» a poursuivi le souverain.

«Il me semble possible de devenir, au sein de l'Europe en marche, un exemple de société où diverses cultures vivent harmonieusement ensemble dans une même entité, et s'y enrichissent mutuellement. Cela n'est pas un rêve impossible», a fait valoir le Roi.

Nos dernières videos