Les trois otages des FARC libres d'ici au 06/01?

Ingrid Betancourt, enlevée en février 2002 avec son amie et directrice de campagne Clara Rojas, a eu 46 ans en ce jour de Noël. Sa libération n'est pas encore envisagée. (photo Reuters)

Pourtant annoncée pour Noël, la libération de trois otages des FARC dont l'assistante d'Ingrid Betancourt se fait toujours attendre. La date de l'épiphanie est désormais avancée. Pendant ce temps, l'otage franco-colombienne a "fêté" ce mardi son 46e anniversaire.

La guérilla marxiste des Forces armées révolutionnaires de Colombie avait annoncé le 18 décembre la libération de trois otages, à savoir la collaboratrice d'Ingrid Betancourt, Clara Rojas, son fils de trois ans, Emmanuel, et la parlementaire colombienne Consuelo Gonzalez. Les familles des trois otages attendent depuis une semaine à Bogota d'être averties du lieu où ils pourront les accueillir.

Hugo Chavez s'exprimera ce mercredi après-midi sur les modalités de la remise en liberté des otages. Le président vénézuélien a passé Noël dans son fief de Barrinas, dans une région de l'ouest du Venezuela parfois citée comme lieu possible de la libération de Clara Rojas, de son fils Emmanuel et de Consuelo Gonzalez.

Même si la sénatrice colombienne Piedad Cordoba, ex-médiatrice avec Chavez pour le dossier des otages, se veut rassurante, le doute s'est progressivement installé quant à une libération rapide. Un fonctionnaire de la présidence vénézuélienne a déclaré que les trois personnes seraient libres "avant la fin de l'année". Mais le quotidien vénézuélien Vea, proche du pouvoir, a suggéré qu'à défaut de Noël, il faudrait peut-être attendre le jour de l'Epiphanie, le 6 janvier.

"Pour le moment, il n'y a rien. C'est pour cela que je suis rentrée" à Bogota, a déclaré après une visite à Caracas Mme Cordoba qui a dit craindre que des opérations militaires de routine de l'armée colombienne dans les zones contrôlées par les FARC ne compliquent la libération des otages.

Entretemps, la mobilisation continuait à Paris et à Bogota pour sa libération et celle des autres personnes retenues en otage par les FARC. Des milliers de photographies des deux enfants d'Ingrid Betancourt, Lorenzo et Mélanie, ont été dispersées depuis un petit avion qui a survolé une région du sud-est de la Colombie, par laquelle la Franco-Colombienne est probablement passée il y a peu. Dans son dernier message rendu public fin novembre, elle disait devoir en appeler à son imagination pour visualiser le visage de ses enfants après presque six ans de séparation.

Avec Belga

Nos dernières videos