FOOTBALL CP Namur

Schaltin s'impose sur le tapis vert

La plainte de Schaltin contre Spy, qui avait aligné un joueur sans papier, ou du moins sans photo, a été acceptée.

La rencontre opposant Spy à Schaltin (remportée 2-0 sur le terrain par les Spirous) a finalement été gagnée 0-5 par Schaltin, sur le tapis vert, après une très longue saga. Une saga qui avait vu, dans un premier temps, Spy perdre sur le tapis vert puis se pourvoir en refus de transaction et obtenir gain de cause. Schaltin, un peu étonné par cette décision allait en appel, en tierce opposition et Bruxelles renvoyait à Namur. On reportait l'affaire à la demande de l'avocat des Spirous, M.

Coetsier, et jeudi soir ce même avocat se faisait, quelque peu formaliste, voulant même parler au nom de Schaltin.

Le CP le remettait sur le droit chemin et on remit l'affaire dans son contexte, expliquant que se rendant compte le dimanche après-midi qu'on avait volé son portefeuille Gregory Mazy ne pouvait présenter qu'une déclaration de vol actée par la police et... sans photo. « Or comme personne n'a contesté il a joué», précisait l'avocat.

« Pardon, répliquait l'arbitre, J'ai signalé à Spy qu'il y avait un problème et que les papiers présentés n'étaient pas suffisants. »

« Pas d'accord, s'insurgeait M. Coetsier, il est bien dit dans le règlement que c'est un document avec photo ou tout autre document officiel délivré par une administration officielle... »

Du côté de Schaltin on restait stoïque et on s'étonnait : « Nous demandons un simple respect du règlement d'autant que le joueur a fait une demande en opposition de sa carte de banque le lundi précédant la rencontre ! »

Un silence tombait sur le Cp, il est vrai que le secret des banques n'est jamais bon à être révélé et le CP se réunit pour prendre sa décision qui, à l'inverse de l'opposition de transaction, était en faveur de Schaltin.

« Nous irons en appel», affirmait l'avocat des Spirous.

La P1 se distingue

À côté de la saga de ce début de championnat quelques joueurs de première provinciale se présentaient devant le CP dont Loïc Musso, accusé d'un tackle violent et puni de 2 dimanches en transaction. « J'ai glissé chef, confiait le fils du truculent Hervé, mais il n'y avait aucune intention méchante.»

Et le CP de lui retirer un dimanche de suspension alors que l'arbitre Jean-Luc « Zigo » Remacle affirmait : « C'était la seule faute vraiment dure du match alors que devant le CP on retrouve Reuliaux (Andenne.) et Bouchez (Molignée) qui se présentent pour des fautes beaucoup moins méchantes. »

Le CP en tenait compte en infligeant, respectivement 1 et 2 dimanches aux joueurs. Dans le même ordre d'idée et après une démonstration très convaincante de l'arbitre Custine, qui n'a pas son pareil pour mimer un coup sur le tibia, Mathieu Candido (Morialmé) écopait, lui de 2 journées. Julien Focant (Condrusien) se reposera trois journées pour un coup et des critiques alors que Scaillet (Rochefort), accusé d'avoir donné un coup de coude, était entendu par le CP qui admettait que le coup avait été involontaire et ne méritait pas plus d'une journée. C'était déjà le temps des cadeaux que seul le père d'un jeune joueur de Somzée vint ternir, en menaçant un jeune arbitre...

Nos dernières videos