Lyon plus seul que jamais

(photo Reuters)

Le sextuple champion de France, a accentué son image de «club à part», en perpétuant sa présence en 1/8 e de finale de C1 de façon continue depuis 2003-04.

Le naufrage de Marseille contre Liverpool (4-0) ne rend le parallèle entre les deux clubs que plus saisissant. Le 3 octobre, l'OM était entré dans l'histoire en devenant le premier club de l'Hexagone à s'imposer à Liverpool (1-0). À la même période, l'OL subissait son deuxième gros revers de suite en Ligue des champions, en encaissant à Gerland un cinglant 3-0 contre les Glasgow Rangers, après avoir été corrigé sur le même score contre Barcelone.

Cette semaine, l'histoire s'est donc inversée complètement. Le dépit de Nasri, impuissant pendant l'humiliation au Vélodrome, tranchait avec la lumière sur le visage de Benzema, rayonnant après son doublé à Ibrox Park (victoire finale 3-0). Le rétablissement spectaculaire de Lyon dans le sprint final de la phase de poules lave non seulement rend la performance lyonnaise encore plus respectable.

Et Lyon est encore plus seul qu'avant. L'an passé, Lille l'avait accompagné en 1/8e de finale. Cette année, l'OL fait encore face à l'Angleterre, reine de la C1, qui a qualifié ses quatre clubs engagés dans la phase de poules (Manchester United, Arsenal, Chelsea, Liverpool).

Et pour fêter ça, l'Angleterre tirera encore à elle l'attention médiatique avec un week-end de chocs, avec au menu de son championnat dimanche après-midi, Liverpool-Manchester United et Arsenal-Chelsea, soit le quatuor de tête de la Premier league.

Comment rivaliser économiquement?

Les autres places fortes européennes du football sont également au rendez-vous, puisque l'Espagne a qualifié trois clubs sur quatre (FC Barcelone, FC Séville, Real Madrid) tout comme l'Italie (AS Rome, Inter Milan, AC Milan).

Seule consolation pour nos voisins du sud, le taux de réussite français (un sur deux en phases de poules qualifié pour les 1/8e de finale) est supérieur à celui du voisin allemand : un sur trois (Schalke 04).

La qualification de Lyon, vitrine du football français et un des seuls fournisseurs nationaux de l'équipe de France, tombe en tout cas en plein appel d'offres des droits télé. Et fait résonner le discours de Frédéric Thiriez, président de la Ligue de football professionnel (LFP).

«Sur les cinq grandes nations de football (en Europe, avec l'Angleterre, l'Espagne, l'Italie et l'Allemagne), nous avons la puissance économique la moins forte, expliquait ainsi récemment M. Thiriez. La Ligue 1 a une puissance de 900 millions d'euros au total (ndlr: chiffre d'affaires de la L1), les Anglais sont à 2,8 milliards d'euros, presque trois fois plus que nous». «Nous sommes aujourd'hui à 900 millions d'euros par an, mon objectif, c'est 1,5 milliard d'euros en 2012. Pour pouvoir continuer à rivaliser du mieux possible», poursuivait M. Thiriez. Lyon sera-t-il encore tout seul d'ici là pour tirer le football tricolore vers le haut?

Nos dernières videos