Leterme : "pas sérieux de continuer sans accord clair"

(photo Belga)

Il n'a pas été possible de trouver des accords clairs entre tous les partis à la table des négociations. Il n'est pas sérieux de continuer de la sorte, a affirmé samedi après-midi l'ex-formateur Yves Leterme, après l'annonce de sa démission acceptée par le Roi.

"Le pays et ses habitants ont besoin d'un gouvernement fort et énergique. Mais je reste convaincu que cela n'est possible que moyennant la réalisation des réformes nécessaires", a notamment dit Yves Leterme.

"Je constate qu'il n'a pas été possible de trouver des accords clairs entre tous les partis à la table des négociations sur le contenu de ces réformes. J'estime qu'il n'est pas sérieux de continuer sans accord clair. Il est évident qu'un accord n'est possible qu'après concertation et moyennant un consensus", a-t-il ajouté.

Yves Leterme a rappelé que le pays a besoin "d'un gouvernement stable et de réformes qui permettent de prendre les problèmes des gens à bras le corps ainsi qu'un meilleur fonctionnement des institutions". "Avec d'autres, j'y ai travaillé sans relâche. Je l'ai fait avec une grande détermination, de la patience et avec la conviction que c'était indispensable pour l'avenir de notre pays. Dès le début, j'ai su que cela demanderait du temps", a encore dit l'ex-formateur.

"Un risque politique et personnel" 

Monsieur 800.000 voix a ajouté: "j'étais conscient que je prenais un risque aussi bien politique que personnel". Et de rappeler qu'un chemin considérable a été parcouru et qu'une base d'un bon accord de gouvernement permettant de répondre aux défis sociaux et économiques et de société a été construite.

"Ces accords auraient pu constituer la base d'une politique à laquelle les citoyens ont droit", a noté Yves Leterme tout en ajoutant qu'il n'a cependant pas été possible d'arriver à des accords clairs en matière de réforme de l'Etat. Pour lui, il n'était dès lors pas sérieux de continuer sans de tels accords. En conclusion, Yves Leterme a dit remercier les collègues qui, "de façon constructive, ont participé à la recherche de solutions". Et s'est dit lui-même disposer à continuer à y travailler.

Avec Belga

Nos dernières videos