Le cdH campe sur ses positions et pose à son tour des questions

Le cdH campe sur ses positions et pose à son tour des questions

Le cdH pose à son tour des questions à Leterme. (photo Belga)

"Le cdH n'a pas d'autre réponse à formuler ce samedi que de redire 'Oui' à la note de base déposée officiellement par le formateur, sans évidemment les ajouts et autres demandes d'interprétations imposées unilatéralement depuis par la N-VA", disent notamment les Humanistes dans leur réponse aux nouvelles questions formulées vendredi par Yves Leterme.

Le cdH ajoute qu'il pose "par contre deux questions essentielles au formateur". Tout d'abord, le cdH veut savoir si le formateur "peut en revenir à ses propres propositions officielles de dimanche, supprimer dès lors les ajouts et interprétations nouvelles imposées unilatéralement depuis, convaincre le cartel CD&V et N-VA d'y adhérer, comme les autres l'ont fait, et permettre ainsi le processus de mise en place d'un gouvernement au plus tôt" .

La deuxième question est la suivante: "si le parti du formateur n'est pas en capacité de défendre sa propre proposition, peut-il proposer dans ce cas, pour éviter la prolongation d'une crise néfaste pour le pays, la constitution rapide d'un gouvernement socio-économique et le lancement, sur base d'un texte court et consensuel, d'une Convention évoluant librement, dans le cadre de l'initiative royale?".

Un "oui" prudent

"Cette Convention serait chargée de traiter, de manière indépendante du gouvernement, les dossiers institutionnels. Il lui reviendrait de faire des propositions relatives à l'équilibre de l'Etat et au renforcement de la cohésion entre Communautés, comme cela a toujours été dit", ajoute le cdH.

Le cdH conclut qu'en attendant les réponses du formateur, il dit quant à lui "oui à la note du formateur de lundi et aux accords acquis par ailleurs sur ce point et oui, à défaut d'un accord par le cartel, à un gouvernement socio-économique rapide et à une Convention indépendante du gouvernement, ouverte à tous les partis, chargée d'aborder sereinement tous les thèmes institutionnels et de formuler des propositions de réformes consensuelles sur l'avenir de l'Etat portées de manière équilibrée par les Francophones et les Néerlandophones".

"Par ailleurs, nous attendons toujours le geste et l'engagement officiel demandés par les 4 partis francophones d'opter à l'avenir pour des décisions négociées et non plus imposées en matière institutionnelle dans des dossiers tels que celui de BHV", conclut le cdH.

"Imposés par la N-VA"

Le cdH rappelle par ailleurs que la note de lundi avait été longuement négociée. Déposée officiellement par le formateur dimanche, elle a été approuvée par 3 des 4 formations concernées par l'orange bleue. "Vendredi, soudainement, des questions nouvelles mais surtout plus fondamentalement des interprétations nouvelles et des textes nouveaux, imposés unilatéralement à la demande du cartel CD&V-NVA, ont modifié profondément la note de base. Il s'agit notamment d'une interprétation contraire aux garanties essentielles obtenues en sécurité sociale au niveau du gouvernement ou, indirectement mais clairement, de la problématique de la régionalisation de l'impôt des sociétés, refusée par tous les Francophones. Il s'agit également de modifications unilatérales d'une partie essentielle du texte de l'accord clair de lundi, négocié depuis longtemps, concernant l'autonomie fiscale", ajoute le cdH.

Avec Belga

Nos dernières videos