«David» Baiverlin vs «Goliath» Desy

Verviers-Pepinster contre Charleroi , c'est aussi la confrontation des managers Michel Baiverlin et David Desy. En toute amitié.

Si Jorssen et Beghin vous livrent par ailleurs leur vision du derby entre Pepinster et Charleroi, les deux managers des clubs se sont prêtés au jeu des questions-réponses avec bonne humeur.

Dix matchs déjà, mais une seule victoire sépare les deux équipes : surprise, chance, logique... Votre sentiment?

M.B. : Une surprise? Certainement pas! Parce que je ne suis pas étonné du potentiel des joueurs pepins. Fallait-il encore réussir à créer un amalgame, une véritable équipe. C'est ce que le staff sportif, coach en tête, a réussi à faire en peu de temps. Maintenant, nous n'avons pas encore rencontré de gros soucis physiques. Et là, contrairement à une équipe comme Charleroi, si ça arrive, nous n'avons pas de solutions.

D.D. : C'est la logique d'un championnat où tout le monde peut battre tout le monde. Et Pepinster mérite des éloges à cet égard. Mais je me garderai bien de tirer des enseignements avant le début du second tour.

Pepinster contre Charleroi, c'est David contre Goliath...

M.B. : C'est exactement ça. Du moins si l'on prend en compte les budgets et les forces en présence. Maintenant, si on ajoute l'esprit d'équipe et l'ambiance du Paire, la balance s'équilibre.

D.D. : L'image est classique mais correcte si l'on compare les effectifs et les budgets. Mais Pepinster a d'autres arguments comme son public, une marque de fabrique depuis plus de 20 ans.

Quels sont les points forts de l'adversaire? Ceux qu'il faut impérativement enrayer?

M.B. : Primo, si les Spirous trouvent de l'adresse à longue distance, nous serons en problème. Secundo, leur secteur intérieur, mieux armé, risque de nous faire mal sur les 40 minutes. Au niveau des fautes notamment.

D.D. : Wilson est le meilleur marqueur de la compétition : obligation de leur neutraliser donc. Mais, derrière ce moteur, il y a d'autres joueurs capables de prendre le relais. D'autant que leur esprit de corps n'est pas en reste.

Et les points faibles où votre équipe devra s'engouffrer?

M.B. : Charleroi n'affiche pas encore de grande cohésion. Faisons-le douter d'emblée.

D.D. : La profondeur de banc de Pepinster est limitée, surtout dans le jeu intérieur. C'est là que nous devons marquer la différence.

Votre pronostic?

M.B. : Je le redis : 25 % de chance de gagner si l'on ne tient compte que des moyens, 50 % dès l'instant où l'on joue au Paire dans l'état d'esprit actuel.

D.D. : Charleroi doit accrocher un gros déplacement à son tableau de chasse, c'est nécessaire pour la confiance. Alors il est impératif qu'il s'impose à Pepinster.

Nos dernières videos