65 % des trains belges ont plus de 5 minutes de retard. En moyenne, ces retards atteignent 9,7 minutes, soit 4 minutes de plus qu'en 2006.

La mesure de la ponctualité des trains a été réalisée entre le 1er et le 31 octobre sur 10 700 trajets. Bilan : les trains belges accusent en moyenne 9,7 minutes de retard. Et pour 65 % du total des trains, le retard est de plus de 5 minutes!

Les mesures, effectuées par l'Association des Clients des Transports Publics (ACTP) et son équivalent flamand (BTTB), prennent en compte l'ensemble du trajet du voyageur, jusqu'à sa destination finale. Les délais enregistrés ne sont pas seulement dus aux incidents, comme les jours de grève ou les vols de cuivre. C'est principalement au niveau des correspondances que le bât blesse et ce, malgré de nouvelles infrastructures autour de Bruxelles.

Ainsi, qui veut changer de train à Anvers a 30 % de chances de rater sa correspondance. À Bruxelles, les risques de rater sa correspondance sont de 16 %. En terme de ponctualité, les principaux points noirs se situent au niveau des liaisons Turnhout-Bruxelles, Luxembourg-Bruxelles et Charleroi-Bruxelles. De plus, des trains sont régulièrement supprimés sur les trajets Anvers-Bruxelles et Luxembourg-Bruxelles.

Les navetteurs des heures de pointe du matin et du soir doivent faire face à des retards de 10,1 minutes en moyenne. Le week-end et les heures creuses, cette moyenne retombe à 6,9 minutes.

Selon les associations d'usagers, instaurer un temps d'attente plus long entre les liaisons, de sorte que le voyageur ait moins de chance de rater sa correspondance, serait un premier pas dans la bonne direction. «Des correspondances sur le même quai, où on tient également compte des personnes à mobilité réduite, sont un must absolu», estime Jan Vanseveren du BTTB.

L'association plaide par ailleurs pour l'instauration d'un plan d'urgence incidents par ligne et pour le renforcement de l'information sur les itinéraires de substitution.

L'enquête réalisée par l'ACTP et le BTTB, qui prend en considération les retards en cours de voyage, les correspondances ratées et les trains peu bondés, contredit les chiffres d'Infrabel, qui se focalise sur la ponctualité et non sur l'entièreté du déplacement. Infrabel a déjà annoncé un aménagement de ses mesures de ponctualité de manière à donner une image plus réaliste des points délicats.

Nos dernières videos