automobilisme Rallye de Grande-Bretagne

Loeb assure, Hirvonen s'amuse

Le Finlandais Mikko Hirvonen (Ford Focus) a foncé dans le brouillard, puis la nuit noire, et pris la tête du rallye de Grande-Bretagne, vendredi près de Swansea, alors que Sébastien Loeb (Citroën C4), en quête d'un 4e titre mondial, a réussi à limiter les dégâts.

Après six épreuves spéciales, soit 140 km chronométrés, dans des conditions de plus en plus délirantes au fur et à mesure de cette première étape, Hirvonen devançait Marcus Grönholm, sur l'autre Focus officielle, de 39 secondes, et Loeb de 57.

«Dans la dernière spéciale, j'ai coupé les phares, ça me permettait d'y voir beaucoup mieux», a expliqué Hirvonen. Le lieutenant de Grönholm, autorisé à jouer la gagne grâce au titre constructeurs assuré par Ford en Irlande grâce à lui, a raflé cinq temps scratch sur six et survolé tous les pièges de cette journée dantesque.

«À un moment, il y avait tellement d'eau que j'ai cru qu'on avait traversé une rivière, a raconté Daniel Elena, le co-pilote de Loeb. Je regardais surtout le nombre de pages qu'il restait à annoncer pour savoir si on était encore loin de l'arrivée. En F1, ils auraient déjà arrêté la course».

«On a roulé sur un bon rythme toute la journée, sans prendre de risque inconsidéré, a ajouté le Monégasque. Quand on voit les temps d'Hirvonen, on n'est pas dans la même optique. C'est le seul qui se fait plaisir dans ce rallye, alors que Marcus roule serré, et nous aussi».

À midi, il n'y avait qu'une seconde d'écart entre Grönholm et Loeb. Vendredi soir, l'écart était creusé (18 secondes) mais cela ne consolait pas le grand Finlandais, soutenu dans l'ES4 (Port Talbot 2) par une quinzaine de voisins et amis venus de son village, Inkoo.

«C'était encore plus piégeux que d'habitude. Il y avait beaucoup de brouillard et je freinais souvent en aveugle, dans des carrefours où il n'y avait pas d'échappatoire. Je roulais à 100 % sur les notes», expliquait Loeb. Seul petit éclair dans le brouillard, le Français a fait le temps scratch dans l'ES5 (Resolfen 2; 25,08 km)... ex-aequo avec Grönholm.

Comme Hirvonen, Loeb a terminé la journée sans éclairage, pendant les trois quarts de l'ES6 mais pour lui c'était involontaire. Une petite panne à bord de la C4, de quoi donner des sueurs froides à son patron, Guy Fréquelin, dont c'est aussi le dernier rallye avant la retraite, comme Grönholm. La météo annonce des conditions encore dégradées pour aujourd'hui et pires pour dimanche. Ça promet.

Nos dernières videos