Les USA renseignent la Turquie

Ankara a massé des dizaines de milliers de soldats à sa frontière avec le Kurdistan irakien. (photo Reuters)

Les Etats-Unis fournissent à la Turquie des renseignements sur les positions des rebelles kurdes le long de sa frontière avec l'Irak. La tension ne cesse de monter entre la Turquie et le PKK.

"La clé pour toute sorte de réponse militaire, par les Turcs ou par n'importe qui d'autre, est d'avoir des renseignements permettant d'intervenir", a déclaré Geoff Morrell à des journalistes.

"Et nous faisons des efforts pour les aider à obtenir ces renseignements", a-t-il ajouté. Ankara menace l'Irak d'intervenir militairement dans le nord du pays contre les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), si les autorités irakiennes et Washington n'empêchent pas leurs attaques.

De plus en plus d'infos

Selon le porte-parole du Pentagone, les Etats-Unis partagent depuis longtemps "beaucoup d'informations" avec les Turcs, mais ont récemment accru leur collaboration avec Ankara en matière de renseignement. "Nous leur fournissons depuis longtemps des renseignements relatifs à cette situation" et "nous leurs donnons de plus en plus d'informations du fait de leurs récentes inquiétudes", a-t-il expliqué.

Le secrétaire américain à la Défense Robert Gates avait souligné mercredi qu'une intervention turque, voire américaine contre les rebelles kurdes en Irak n'avait "pas de sens sans de solides renseignements" sur leur localisation précise. "Sans de solides renseignements, envoyer de nombreux soldats traverser la frontière ou larguer des bombes n'a pas beaucoup de sens de mon point de vue, et pour personne", avait-t-il estimé en marge d'une réunion informelle des ministres de la Défense de l'Otan aux Pays-Bas.

Eviter les dommages collatéraux

Quelques jours auparavant, lors d'une visite en Ukraine, Robert Gates avait appelé Ankara à la retenue, après avoir rencontré son homologue turc, en jugeant "essentiel de recueillir des renseignements qui nous permettent de trouver ces gens" avant de lancer une attaque.

"Cela doit précéder toute action de quiconque" contre le PKK en Irak, avait-il déclaré. "Ne pas avoir de cibles spécifiques entraînerait probablement de nombreux dommages collatéraux".

Le PKK est une organisation de rebelles séparatistes kurdes en lutte contre le pouvoir d'Ankara, et qui conduit des opérations meurtrières en Turquie à partir du nord de l'Irak où ses membres sont retranchés. Ankara a massé des dizaines de milliers de soldats à sa frontière avec le Kurdistan irakien, et menacé de les lancer contre les bases du PKK si le gouvernement irakien ne pouvait pas les mettre au pas.

Belga