Double "bang" au-dessus de Bruxelles

La déflagration a été entendue dans plusieurs quartiers de la capitale. (photo Belga)

Deux avions de chasse F-16 ont franchi ce mercredi vers 11h le mur du son au-dessus du sud de la Région bruxelloise. Ils étaient lancés dans une manœuvre exceptionnelle d'interception d'un avion de ligne civil avec lequel le contact radio avait été perdu.

+ André Flahaut explique la manœuvre :

L'appareil civil, appartenant à la compagnie aérienne américaine Delta Airlines, reliait Stuttgart en Allemagne à Atlanta (sud-est des Etats-Unis). Il avait perdu le contact radio avec les autorités belges de contrôle aérien. La Défense a dès lors, suivant les procédures en vigueur, envoyé deux F-16 qui étaient en vol à la rencontre de cet appareil. Mais il avait entre-temps quitté l'espace aérien belge et le contact radio avait pu être établi avec les autorités britanniques.

C'est au cours de cette manoeuvre d'interception que le mur du son a été franchi exceptionnellement au-dessus de Bruxelles (Uccle) et d'Hoeilaart - ce qui est habituellement interdit. "Il s'agit donc de circonstances particulières. La Défense présente ses excuses à la population pour les éventuels désagréments causés", précise le communiqué du ministère.

La déflagration due au "bang" sonique a été entendue dans certains quartiers de la capitale. Les pompiers ont reçu de nombreux appels, y compris dans les régions de Braine-l'Alleud et de Nivelles. Un spécialiste a expliqué qu'en raison de la "géométrie" de cette interception, les pilotes des deux F-16, partis de la base de Florennes, n'ont pas eu d'autre choix que de franchir le mur du son malgré la proximité de Bruxelles.

La composante aérienne de l'armée maintient en permanence deux F-16 armés en alerte pour faire face à de tels incidents, avec une tournante assurée par les bases aériennes de Florennes et de Kleine-Brogel. Dans tous les pays de l'OTAN, la "police de l'air" est (re)devenue importante après les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, commis avec des avions de ligne. En Belgique, c'est le ministre de la Défense qui devrait prendre la décision d'abattre un avion de ligne détourné, selon la procédure appelée "Renegade".

Avec Belga