De Wever présente ses excuses

Le président de la N-VA a rencontré des représentants de la communauté juive d'Anvers. (photo Belga)

Le président de la N-VA a présenté mardi après-midi ses excuses à la communauté juive au cours d'une rencontre avec ses représentants. "Si, suite à la façon dont mes mots ont été perçus, j'ai blessé la communauté juive, je la prie de m'excuser".

+ "Oui, Anvers a collaboré"

M. De Wever a expliqué la portée de ses propos qui se voulaient nuancés. On ne peut pas dire que tout Anvers a collaboré à la traque des juifs, a-t-il souligné. "Il y a même des policiers qui ont été envoyés dans les camps", a-t-il ajouté. "Il y a certainement des fautes qui ont été commises et, pour celles-là, des excuses étaient nécessaires", a-t-il dit.

Et s'il a qualifiées de gratuites les excuses présentées dimanche par le bourgmestre d'Anvers, Patrick Janssens, à propos du rôle des autorités communales de la métropole dans la déportation des Juifs, c'est parce qu'il jugeait qu'il était "facile de présenter des excuses 65 ans après les faits".

Les représentants de la Communauté juive ont quant à elles jugé courageux que M. De Wever ait demandé un entretien. "Nous avons accepté les excuses. Nous pardonnons mais ce qui est écrit est écrit et nous ne pouvons l'oublier", a déclaré Diane De Keyser, secrétaire générale du "Forum der Joodse Organisaties" (Forum des organisations juives).

Les Juifs d'Anvers, ainsi qu'une grande partie de la classe politique belge, n'avaient pas du tout apprécié la remarque du président de la N-VA, Bart De Wever, sur les excuses du bourgmestre anversois Patrick Janssens à la communauté juive, rapportent plusieurs médias mardi. Le bourgmestre d'Anvers, Patrick Janssens (sp.a), avait présenté ses excuses dimanche au nom du collège communal pour l'implication de l'administration communale dans la déportation des juifs durant la Seconde Guerre mondiale.

Pour Bart De Wever, ces excuses étaient "gratuites" et n'avaient pour objectif que de combattre le Vlaams Belang. Cette remarque de Bart De Wever avaient choqué la communauté juive. Selon Michael Freilich, rédacteur en chef d'un magazine juif, il faudrait se faire du souci pour la communauté juive si l'histoire devait se répéter avec Bart De Wever comme bourgmestre.