Le pilote belge retenu au Tchad sera fixé jeudi

Quel sort la justice tchadienne réserve-t-elle au pilote belge?

Le pilote belge retenu en garde à vue depuis dimanche au Tchad dans le cadre de la tentative de transport de 103 enfants vers la France devrait être fixé sur son sort jeudi. Jacques Wilmart est en garde à vue. D'après Karel De Gucht, le cas du pilote belge est différent de celui des 16 autres européens déjà inculpés.

Pierre-Michel Ghyoot, ami de Jacques Wilmart et secrétaire de l'association des pilotes de ligne:

Le régime de garde à vue auquel ce pilote, Jacques Wilmart, est soumis à N'Djamena peut être prolongé deux fois 48 heures, après quoi le procureur tchadien devra se prononcer sur son sort.

La Belgique ne disposant pas d'une ambassade au Tchad, le pilote est actuellement assisté sur le plan consulaire par la France, avant l'arrivée jeudi à N'Djamena d'un consul honoraire belge, a précisé Karel De Gucht, interrogé en marge d'une conférence à Bruxelles sur les sous-munitions.

Etait-il au courant? 

Au lendemain de l'inculpation de 16 Européens pour enlèvement de mineurs, escroquerie ou complicité, Karel De Gucht a distingué le cas du pilote belge de celui des membres de l'organisation Arche de Zoé, à laquelle Jacques Wilmart n'appartient pas, a-t-il dit. "Il y a un élément important à souligner: le pilote était seulement habilité à effectuer des vols intérieurs, il n'était pas question de transport depuis le Tchad jusqu'en Europe", a-t-il ajouté, rejoignant sur ce point la ligne défendue dès dimanche par Me Xavier Magnée, l'avocat en Belgique de Jacques Wilmart.

"On ne peut pas partir du fait qu'il était au courant du but final de l'opération", a souligné le chef de la diplomatie belge. Le ministre, qui s'interroge toujours sur le caractère humanitaire de l'opération menée par l'association Arche de Zoé ou sur un éventuel trafic d'enfants à but lucratif, dit attendre des rapports plus circonstanciés - notamment de l'Unicef - avant de se prononcer plus avant sur le dossier. (Avec Belga)