FOOTBALL Division 2 Nationale

On avance, à pile ou face...

L'UR Namur continue son apprentissage de la division 2 nationale , plutôt bien que mal, mais l'important est de prendre des points.

En prenant 6 points sur 6, l'UR Nam ur vient de réaliser la bonne affaire, rejoignant le ventre mou du classement et poursuivant son apprentissage de la division 2 nationale. L'équipe joue bien, c'est une constation agréable et le football champagne prôné par René Hidalgo plaît, mais jusqu'à l'avant dernier match face à Deinze, aucune victoire n'était venue garnir l'escarcelle. On avait beau se répéter que c'était bien, les points ne tombaient qu'au goutte à goutte et la situation devenait, tout doucement, difficile.

Depuis la superbe victoire contre Deinze, non sans avoir frôlé le «KO» dans les premières minutes, mais aussi la victoire sur le terrain d'Ostende, non sans avoir frôlé, également, la catastrophe dans les premières et dernières minutes, a mis quelque peu de beurre dans les épinards.

«Pas d'accord, s'insurgeait René Hidalgo dont la mauvaise foi, du moins par rapport à ses joueurs, n'a d'égale que sa gentillesse et son humour déjanté, nous avons, cette fois, bien entamé le match et, en restant bien organisé jusqu'au bout, nous n'avons jamais été mis en péril. Au contraire on aurait même pu plier le match dans les dernières minutes. »

Dans le coeur des «Merles»

D'accord René, mais l'analyse semblait un peu réductrice car si Lord avait secoué les filets dans les premières minutes, Habran sauvant miraculeusment, Namur courait après le score le reste de la rencontre. Un peu comme il faillit le faire face à Deinze si, une nouvelle fois, Habran n'avait sorti quelques parades dont il a le secret et qui lui permettent de faire oublier un pourtant remarquable Cousin dans le coeur des supporters des «Merles».

Heureusement, tout tourna bien, l'équipe s'emboîta et, dimanche, le superbe but de Gabor Bukran mit les Mosans sur le velours, obligeant l'équipe adverse à se dégarnir pour tenter de revenir au score.

«Mon seul regret, poursuivait le coach des «Merles», c'est d'avoir loupé plusieurs occasions de se mettre à l'abri. Enfin, l'important était de remporter l'entiéreté de l'enjeu ce qui nous permet de jouer en toute quiétude.»

Et donc de poursuivre une série de matches qui peuvent, à tout moment, basculer d'un côté comme de l'autre, ajouterons nous. Car, cela semble bien le propre de cette nouvelle division , les maches se jouent à pile ou face, la décision pouvant tomber d'un côté comme de l'autre. C'est dire aussi s'il ne suffit plus de bien jouer pour l'emporter et si la chance a bel et bien son mot à dire !

«La preuve, confirmait Nadir Sbaa, nous venons de livrer un de nos plus mauvais matches depuis le début de saison et nous l'emportons. Rien ne tournait vraiment, je ne parvenais pas à avoir de bons ballons...»»

Et Ahmed Gursever de poursuivre : «On jouait trop loin l'un de l'autre, on abusait de longs ballons. Non, cette fois la manière n'était pas au rendez-vous, il y avait trop d'espace entre les lignes. J'avais l'impression qu'on manquait un peu de fraîcheur, mais en jouant 3 matches en une semaine c'était à prévoir. » Face à l'Olympic les Namurois pourront se reposer une bonne semaine, ce ne sera pas un luxe.