NATIONAL Messieurs

Vervia B dans de sales draps

En s'inclinant face à un rival direct, les gars de Vervia B ont sérieusement hypothéqué leurs chances de salut en N2.

Nationale 1

Villette B 11 - Vervia A 5

Vervia A : Habran 3, J. Junius 2, Piret 0, Formatin 0

Mauvaise soirée pour l'équipe de la Rue Renier face à 2 B0 et 2 B2. «Je ne comprends pas pourquoi les Carolos ont complètement sacrifié leur première formation pour mieux nous contrer avec la deuxième», constate Jean-Marie Formatin, déçu. «Nous tenons les locaux en échec jusqu'à 4-4. Ensuite, Stéphane, Fabrice et moi-même perdons de justesse à la belle, de sorte que le marquoir affiche 7-4, au lieu d'un possible 5-6, voire 4-7. Dès ce moment, le ressort était cassé».

Avec cinq points en six matches, la position des Verviétois est instable. «Nous restons candidats aux play-off mais nous sommes sur le fil du rasoir.»

Nationale 2

Vervia B 6 - Heppignies A 10

VERVIA B : Junker 3, Ar. Junius 3, Deblon 0, Simon 0

Toujours scotchés à 0 point, les Verviétois devaient absolument décrocher la victoire face à Heppignies (B2, B4, 2 B6), une formation qui comptait quatre unités. «Bizarrement, cette équipe, toujours inchangée, restait sur un succès chez le leader», confie Arnaud Junius. «Hélas, de notre côté, si nous pouvions compter sur Laurence Junker, nous devions déplorer les absences d'Yves Duyckaerts et de François Remouchamps, blessés, tandis que Luc Giergen, était en vacances». Dans ces conditions, la mission devenait délicate. «J'ai pourtant poussé le vétéran défenseur Thonon (B4) à la belle, après avoir battu le B2», poursuit le fils du président verviétois. «À 3-5 à la pause, tout était jouable, mais quand le marquoir fila à 4-8, les carottes étaient cuites».

Avec quatre longueurs de retard sur le premier sauvé, Vervia B est déjà mal embarqué.

Wallonie-Bruxelles

Luttre A 4 - Welkenraedt A 12

WELKENRAEDT A : Eppe 4, Denis 3, Van de Ghinste 3, Heinen 2

Deux points précieux face à un concurrent direct qui, avant la rencontre, totalisait trois unités, comme nos régionaux. «Très vite, nous avons ressenti des tensions internes au sein de l'équipe adverse, laquelle alignait un C4, aux côtés d'un B4 et de 2 B6», précise Laure Heinen. «Nous avons bien profité de la situation pour signer un indiscutable succès, dessiné après la pause (3-5).»

Minerois A 10 - Barrage A 6

MINEROIS A : Indeherberg 3, Quickels 3, Fl. Lambiet 3, Hardy 1

Succès plus aisé que ne l'indiquent les chiffres, selon Vincent Quickels. «Face à de joyeux drilles qui se savent condamnés (1B6, 3 C0), nous avons pris un départ de choix (4-0 et 7-1). À 7-3, nous avons quand même connu une petite frayeur : Cindy et moi-même sommes alors menés 2-0 avant de nous imposer, pour amener le marquoir à 9-3.» Toujours le maximum pour les Miniers. «Mais pas d'euphorie, il nous reste au programme les meilleures équipes de la série.»

Dolhain A 6 - Manage A 10

DOLHAIN A : Blandaux 2, Bailly 2, Dossin 1, Devillers 1

Les Dolhaintois (6 sur 12) rentrent définitivement dans le rang. «Contre une excellente équipe (B4, 3 B6), nous avons manqué de réussite avant la pause (3-5)», regrette un Nicolas Dossin fataliste. «Nous prendrons désormais match par match, sans aucune pression.» Mais, il sera difficile de conserver un grand enthousiasme jusqu'au bout.

Basècles A 9 - Spa A 7

SPA A : Brose 4, Halleux 2, Schoonbroodt 1, Petiau 0

Encore une fois, il n'aura pas manqué beaucoup aux Spadois pour grappiller une petite unité, face à 1 B4, 2 B6 et 1 C0. Julien Brose, impérial, ne perd pas le moral. «Nous avons rencontré la plupart des gros bras et ne désespérons pas de décrocher rapidement un premier succès». On n'attend que cela.