Anderlecht, mauvais élève des champions européens

À l'exception de Stuttgart, aucun champion en titre en Europe n'affiche un bulletin aussi décevant qu'Anderlecht.

Anderlecht, le cancre des champions, en Europe? On n'en est pas loin. Notre infographie re prenant le début de championnat des champions en titre à travers toute l'Europe est là pour en témoigner. Seul Stuttgart évite aux Mauves l'humiliation de devoir porter le bonnet d'âne. Mais le bulletin du Sporting n'en est pas pour autant brillant. Avec un bilan d'une défaite, cinq nuls et seulement cinq victoires en onze rencontres, on peut tout juste parler de satisfaction. En terme de pourcentage de points acquis depuis le début de la saison, Anderlecht (61 %) arrive tout juste derrière Fenerbahçe (63 %) mais très loin derrière Porto, le PSV, le Real, Lyon ou encore Manchester United.

Après le partage concédé par le Standard contre Malines, samedi, les Anderlechtois avaient tout en main pour revenir à trois unités des Rouches. Mais, une fois de plus, ils ont patiné à Bruges face au Cercle, proposant un football laborieux et sans âme.

Les Bruxellois prennent-ils encore du plaisir sur un terrain? On peut se le demander quand on voit le peu d'enthousiasme qu'ils mettent à aller de l'avant. Après onze journées, le Sporting présente la seconde meilleure défense du championnat avec le Standard et Bruges (10 buts encaissés), juste derrière Lokeren (8). Mais il n'arrive qu'en sixième position au classement des attaques les plus prolifiques derrière le Standard, le Cercle, La Gantoise, Mouscron et Bruges. Depuis le début de la saison, Anderlecht n'est jamais parvenu à remporter un match par plus d'un but d'écart, à part contre un Brussels inexistant. C'était le 25 août dernier.

Olivier Deschacht et les siens restent sur un inquiétant 7 sur 18 et demeurent coincés à la cinquième place. Pas de quoi paniquer, «le championnat est encore long», disent les Mauves en choeur. Mais quand on compare leur début de saison actuel avec celui d'il y a un an, on peut se poser des questions : 20 sur 33 aujourd'hui contre 24 sur 33 il y a douze mois lorsque Genk trônait en tête avec 29 unités.

Comme ce fut le cas lors des deux dernières saisons, le Sporting parviendra-t-il à limiter la casse jusqu'à la fin décembre avant de signer un deuxième tour digne de son statut et synonyme d'un troisième sacre en trois ans? Cela tient du miracle - à moins que ce ne soit le manque de constance de ses concurrents - , mais tout reste possible pour Anderlecht. Même si, en janvier, les absences conjuguées de Boussoufa et Hassan, retenus par la Coupe d'Afrique des Nations, pourraient lui être préjudiciables.