Passage à l'heure d'hiver

Pas oublié de reculer vos montres d'une heure?

Pas oublié de reculer vos montres d'une heure?

Ce dimanche, nous sommes passés à l'heure d'hiver. Il faut reculer votre montre d'une heure. Un cauchemar pour certains horlogers du pays! Reportage à lire dans Vers l'Avenir, le Jour et le Courrier.

Si lundi vous ne voulez pas arriver une heure à l'avance à votre travail, il vous faut penser à remonter votre réveil ce week-end. En effet, dimanche à 3 heures du matin, les horloges devaient afficher 2 heures. Soixante minutes de moins.

À moins que vous ne soyez collectionneur de montres anciennes, le fait de remonter vos horloges, montres et réveils ce week-end ne devrait pas vous prendre trop de temps. Il n'en va pas de même pour les horlogers qui s'occupent de réparer les montres et horloges mécaniques. Ainsi Benoît Mathieu, horloger à Namur, ne se réjouit pas de ce changement d'heure. «Pour moi, cela signifie du travail en plus puisque je vais devoir remonter à la main toutes les montres anciennes que je répare en ce moment. Il ne s'agit bien entendu pas de rendre aux clients une montre qui avance d'une heure.»

Cloches automatiques

La tâche sera nettement plus aisée pour Thierry Remy, bijoutier à Beauraing. «La plupart des montres que je vends sont des montres à piles qui se règlent automatiquement grâce à l'émetteur de Francfort». Il s'agit d'un émetteur dont la portée des ondes couvre une grande partie de l'Europe et qui envoie les informations horaires données par l'horloge atomique de Francfort. Cette horloge est d'une grande précision puisqu'elle enregistre un retard d'une seconde au bout de... un million d'années! «Les ondes électromagnétiques envoyées par l'émetteur sont captées par les montres réveil actuelles qui enregistrent l'information. Grâce à l'émetteur, ces montres sont toujours réglées à l'heure exacte», explique Thierry Remy.

Selon le diocèse de Namur, il en va de même pour le réglage de l'heure de la plupart des clochers de la région. Et oui, même les plus vieux clochers de nos villages sont aujourd'hui automatisés. Peu de chances donc de se faire réveiller dimanche matin par un vieux clocher dont on aurait oublié de mettre la pendule à l'heure.

+ Prolongez votre information dans Vers l'Avenir, le Jour et le Courrier.