C'est vendredi : pas d’e-mail !

Les vendredis sans e-mails n'ont pas encore de déclinaison en Belgique.

Des multinationales américaines lancent les vendredis sans e-mails. Une mesure qui favorise les contacts humains entre employés, qui augmente la productivité... et qui diminue les mauvaises nouvelles. Donnez votre avis. 

Vendredi, jour du poisson. Et désormais, jour sans e-mail. Intel a lancé le mouvement dans ses locaux américains. Le fabricant de microprocesseurs estime que ses employés ne parlent plus assez entre eux. Et perdent un temps précieux en nettoyage de leur boite de réception.

«C’est un encouragement à se concentrer sur les conversations verbales, et non écrites. Par téléphone ou en tête-à-tête, explique l’un des 150 ingénieurs Intel qui ont lancé ce projet. Un projet inspiré d’idées similaires en cours dans d’autres entreprises. Certaines bloquent tout le trafic d’e-mails le vendredi. D’autres les détruisent automatiquement. Dans ces entreprises, l’expérience montre que le quota de courriels diminue aussi les autres jours.

120 milliards de mails

Un petit mail à la personne assise… en face de soi, il est vrai que c’est facile. Qui n’a jamais contacté par mail un collègue travaillant à deux mètres?  L’e-mail, c’est certain, réduit les discussions directes. Il empêche les employés d’une même boîte de vraiment se connaître. De plus, comme certaines enquêtes américaines le montrent, il favorise les quiproquos. Et puis, tout ça fait augmenter le trafic mondial. On est passé de 35 milliards de mails en 2002 à 97 milliards en 2007. Et on atteindra 120 milliards en 2010.

En outre, l’e-mail interrompt aussi sans arrêt le travail de plus longue haleine. Les utilisateurs gardent leur logiciel de messagerie ouvert toute la journée. A chaque mail qui tinte dans leur logiciel, ils se précipitent pour l’ouvrir, ce qui les ralentit dans leur tâche en cours. Un bon conseil dès lors, limiter le nombre de visite dans sa boîte de réception, et la vider entièrement au moins une fois par jour.

La fin des ragots

Enfin, il faut reconnaître que l’e-mail est bien commode pour annoncer les mauvaises nouvelles. Les enquêtes montrent qu’on est plus franc par e-mail, comme par SMS, que lors de conversations réelles. Interdire le mail certains jours peut donc préserver des mauvaises surprises. Et peut-être, empêcher les «magazine people internes» de proliférer…     

(Julien RENSONNET)

Seriez-vous prêt à vous passer d'e-mail le vendredi? Que dites-vous de cette mesure? Trouvez-vous que l'e-mail pollue votre travail? Etes-vous drogué de l'e-mail? Votre avis dans le forum d'actu24.