DIVISION 1 régionale

Si l'IATA avait été au complet...

Loyers a peut-être pris l'IATA au mauvais moment. Ou l'idée qui prétend qu'un derby lisse les différences n'est pas qu'une chimère.

Dès lors que les Loyersois de Jacques Grégoire possèdent un avantage de six unités à quarante-six secondes de la fin, on ne donne plus cher de la peau de l'IATA. C'est évidemment sans compter sur le jusqu'au-boutisme des Étudiants, et de leur nouvelle recrue Maxime Dandoy, qui vont chercher la prolongation (57-57 et 60-62). «Sans diminuer la prestation de l'IATA, Loyers est apparu médiocre, inconstant, sans jugeote. À +6 à quelques secondes de la fin plutôt que de gérer, nous commettons une faute avec bonus et nous prenons des shoots forcés. Loyers est passé très près de la catastrophe. Cette victoire, c'est un ouf de soulagement, mais pour la manière, c'est la cata» assène le coach loyersois.

Et pour les Étudiants, c'est une défaite de plus mais l'évolution positive s'est traduite sur le terrain. «Je n'ai rien à reprocher à la combativité de mes joueurs d'autant qu'en défense, nous n'encaissons pas beaucoup, précise le coach Guy Massart. Par contre, en attaque, nous ratons encore moult lay-up. Et à la fin, nous ne trouvons plus la solution.»

Pourtant, cette défaite paraît prometteuse quand on sait que plusieurs joueurs namurois sont sur la touche comme J. Prinsen, Smal et d'autres en convalescence tel Mesureur notamment, ce qui fait dire à Guy Massart que «Maxime Dandoy apporte indéniablement quelque chose alors que Smal pourrait être précieux au rebond. Mais il me manque surtout une bonne gâchette. Par ailleurs, je fais la chasse aux pertes de balle à l'entraînement : le résultat est encourageant. Les erreurs se paient cher mais nous résolvons beaucoup avec du calme et de la lucidité.»

Heureusement que Jacques Grégoire a pu compter sur Olivier Debeque pour sortir son équipe de la grisaille. «J'ai l'impression que Loyers ne voulait pas gagner ce match. Nous avons livré un derby indigne.» Et le truculent président Copay de se réjouir de cette... première victoire de Loyers en derby namurois... À en oublier cette victoire en test-match de R1 contre l'UR Namur en avril 2004 à Waterloo, qui a sauvé Loyers et condamné Namur.