Le duel opposant Luc Michel à Miguel Ruiz-Marin a-t-il été déterminant? Oui, selon le Malmédien, non selon le Faymonvillois.

Ces deux-là ne partiront manifestement pas en vacances ensemble. Ce n'est dans l'amitié qu'ils se sont opposés samedi. Luc Michel, commis à la garde du meneur de jeu faymonvillois, estimait l'avoir mis sous l'éteignoir. «J'avais pour mission d'évoluer dans ses parages et de l'empêcher de progresser vers notre camp, ainsi que de le laisser lorsqu'ilrejouait le ballon derrière. Et je pense que je l'ai empêché de s'exprimer, ce qui a nui à la prestation d'ensemble des Faymonvillois.Être dans les duels est d'ailleurs une tâche à laquelle je me plie facilement. Je possède une endurance supérieure à la moyenne, et celle-ci compense la technique, qui n'est pas ma tasse de thé.»

Luc se plaignait également du jeu brutal de Mike. «Je suis déçu car je le croyais plus correct. Il a marché sur moi à deux reprises lors de contacts et n'a pas hésité à jouer des coudes.»

Il faillit même faire le break à la 81e, son envoi filant à côté. «Les autres m'ont trop dit que Philippe Jacquemin était excellent et cela m'a nui mentalement.»

Inutile de dire que Miguel Ruiz-Marin n'a pas apprécié des considérations qu'il juge plutôt excessives. Il en profite pour arborer un hématome sur le côté de la tête. «Le coup a battu pendant toute la partie. Mais à part cela, c'est moi qui donne les coups. J'aurais dû marcher sur sa langue! C'est arrivé parce qu'il est venu me tackler sèchement et que je n'ai pas pu l'éviter. Quant à ma prestation, elle fut mauvaise, c'est vrai. Ce n'est pas dû à Luc Michel mais à des ballons que j'attendais et que je n'ai jamais reçus. le football est un jeu collectif et le rendement d'une équipe ne peut dépendre d'un seul joueur. Je pense que nous avons été battus parce que ce fut une faillite collective et pour aucune autre raison.»

Miguel n'a pas pris cette rencontre comme un événement, ce qui n'est manifestement pas le cas de nombre d'acteurs de cette partie. «On en reparlera au match retour. En tout cas, cette défaite dans un match comme un autre ne me tracasse guère.

Notre objectif n'est-il pas de nous sauver? Dans cette optique, nous nous remettrons au travail dès samedi prochain contre Jamoigne.»