Mgr Léonard condamné à payer 121.868 €

Mgr Léonard s'était défendu d'avoir voulu faire de l'espionnage de l'UCL. (photo Belga)

Monseigneur Léonard a été condamné vendredi matin par le tribunal civil de Namur à payer la somme de 121.868 € au docteur Philippe Caspar. Ce dernier avait fait un travail pour l'évêque de Namur sans jamais être rémunéré.

Le médecin avait rédigé en 2004 divers rapports dans le cadre d'une mission d'audit sollicitée par Mgr Léonard. Ce travail, intitulé "étude prospective sur la situation de l'Université Chrétienne dans l'Eglise belge méridionale", consistait en une analyse de la bioéthique à l'Université Catholique de Louvain-la-Neuve (UCL).

Concernant le financement de la période d'étude et l'organisation matérielle, Mgr Léonard avait précisé qu'il serait le premier donateur, voulant montrer l'exemple et donner des garanties aux futurs partenaires. Il s'était ainsi engagé à trouver 100.000€.

Le 30 juillet 2004, n'ayant toujours reçu aucune rémunération, le médecin a écrit à l'évêque. Celui-ci s'est alors étonné qu'il ait cru pouvoir avancer des frais pour un audit qui n'avait encore fait l'objet d'aucun contrat, son financement n'étant pas assuré.

La demande de Philippe Caspar devant le tribunal civil tendait dès lors à faire condamner l'évêque au paiement des honoraires s'élevant à un total de 121.868 euros, à majorer des intérêts moratoires. Ce qu'il a finalement obtenu, le tribunal civil estimant que le médecin avait été conforté par l'engagement de l'évêque.

Ce rapport était au départ secret mais avait atterri sur la place publique au moment où Philippe Caspar avait attaqué en justice l'évêque de Namur. L'UCL n'était pas au courant de cet audit. Et certains parlaient d'espionnage.

Mais Léonard s'en défendait: "Assimiler ça au Watergate, à Nixon et de l'espionnage, je conteste ça", avait-il déclaré dans les Editions de l'Avenir le 11 septembre dernier. "N'importe qui aurait pu faire ce travail d'archive mais il l'a assorti de commentaires d'expert. Le but n'était pas d'envoyer ces documents à Rome. Rome connaît tout ça. Évidemment, si on avait lancé un programme d'ampleur de formation en bioéthique, on aurait averti Rome." (Avec Belga)