Standard : deux gardiens en question

Olivier Renard a dû céder sa place à Andrès Espinoza. Et pour la suite ? (photo Belga)

La titularisation d'Andrès Espinoza à Mons a provoqué des remous qu'il faudra pouvoir gérer dans les prochains jours.

Samedi, le Standard reçoit Malines, lanterne rouge, pour un match qui ne doit pas poser problème, à première vue. D'autant plus que les Liégeois ont gagné leurs cinq premières rencontres à Sclessin, avec une moyenne de trois buts marqués par sortie. Depuis dimanche, toutefois, les choses ne paraissent plus aussi simples. La titularisation d'Andrès Espinoza a été au coeur du débat, avant et surtout après le match à Mons (1-1). Le gardien équatorien a précédé Renard, titulaire du poste, en raison de l'incertitude de Michel Preu d'homme «sur le niveau footbalistique» du numéro 16, trois semaines après une intervention chirurgicale bénigne à la hanche droite.

Sans nuage jusque-là, le ciel liégeois s'est d'un coup assombri et il faudra le dégager au plus vite pour éviter les soucis. Une question va animer cette semaine à l'Académie Robert-Louis Dreyfus : qui débutera dans le but contre les Malinois? S'il a obtenu les certitudes qu'il attendait, Preu d'homme pourrait rappeler Renard. Mais la sortie médiatique du titulaire déçu risque de jouer au moment du choix. Ensuite, dans quel état d'esprit sera le tout frais international belge? Il se dit serein. À l'opposé, Andrès Espinoza doit faire face aux critiques, et même s'il assure qu'il s'en moque, elles doivent l'atteindre, d'une manière ou d'une autre. S'il avait sauvé le point à St-Trond (0-0), il a encaissé une responsabilité plus ou moins large sur les buts concédés contre St-Pétersbourg (1-1), le G Beerschot (3-1) et Mons.

À deux minutes près, Espinoza était certain d'entamer son cinquième match d'affilée. Qu'en sera-t-il dans cinq jours? Une chose est sûre, le staff, et Jorge Veloso l'entraîneur des gardiens en particulier, va devoir gérer un duo qui doute. Frankie Vercauteren avait instauré à Anderlecht, il y a deux ans, le turnover des gardiens. Avec les résultats qu'on connaît. Celui qui prendra place dans le but sera attendu au tournant. D'une certaine manière, les deux gardiens sont habitués à cette pression, mais l'«heureux élu» devra être à la hauteur, plus que jamais. Et voilà comment le match contre Malines, a priori sans problème, prend une tournure différente.

+ Prolongez l'info dans Vers l'Avenir, L'Avenir, Le Jour, Le Courrier de ce mardi 23 octobre.