La prof voilée ne peut pas être licenciée

La professeure refusait d'enlever son voile en dehors des locaux. (photo Belga)

Le Conseil d'Etat a suspendu le licenciement d'une professeure de religion islamique. Elle avait été remerciée l'année dernière d'une école bruxelloise parce qu'elle portait le voile en dehors des classes.

En janvier 2006, une procédure de licenciement de deux professeures de religion islamique enseignant dans un réseau scolaire bruxellois de l'enseignement communautaire avait été entamée. Le conseil d'administration du réseau avait décidé, en 2005, que les professeures et les étudiantes ne pouvaient pas porter de symboles religieux. Les deux enseignantes avaient toutefois refusé d'enlever leur voile en dehors des locaux, même après un avertissement. Les deux femmes s'étaient officiellement opposées à leur licenciement, mais leur requête avait été déclarée nulle par une instance d'appel de la Communauté flamande. L'une d'elles avait toutefois décidé de porter son cas devant le Conseil d'Etat.

Celui-ci a estimé que ce n'était pas à une école ou à un groupe d'écoles de l'enseignement communautaire de décréter individuellement une interdiction générale sur base de signes distinctifs religieux. L'information est rapportée mardi par De Morgen et nos confrères flamands du groupe Corelio. (Avec Belga)