Crise de larmes au PS de Colfontaine

Le site Internet du PS local devra être modifié: Francesco Italiano démissionne.

Suite au remplacement du bourgmestre Patrick Piérard par Lucien D'Antonio, elle espérait devenir échevine. L'USC en a décidé autrement. Francesca Italiano quitte le PS en pleurs.

Déçue de ne pas décrocher un poste d'échevine après la démission du bourgmestre Patrick Piérart, la conseillère socialiste de Colfontaine Francesca Italiano a annoncé dimanche son intention de démissionner à son tour pour siéger comme indépendante.

Mme Italiano, qui avait obtenu au dernier scrutin communal le 4e résultat personnel de la liste PS (815 voix), s'est dite "très déçue par le déni de démocratie" au sein de l'Union socialiste communale (USC). "J'estime que mon parti m'a lâchée", a-t-elle ajouté devant la presse, avant de quitter la pièce en larmes.

La conseillère a pris cette décision au cours de la conférence de presse qui a suivi une réunion du comité de l'USC, à la Maison du Peuple de Petit Wasmes. Réunion au cours de laquelle la quarantaine de membres présents ont évoqué la succession du bourgmestre Patrick Piérart.

Désavoué par les siens, celui-ci a démissionné jeudi sous la menace d'un dépôt de motion de méfiance signée par 17 des 19 élus socialistes. Comme l'exige le code de la démocratie locale, son remplaçant tout désigné est l'échevin Lucien D'Antonio, deuxième résultat en voix de la liste majoritaire.

Le poste scabinal laissé vacant sera attribué à un conseiller au terme d'un appel à candidatures et d'un poll des affilés de l'USC. Le nom de l'échevin devrait être connu dans le mois, a précisé Didier Donfut, pour qui ce vote interne servira "à légitimer le nouvel échevin".

Candidate... désavouée en interne?

C'est cette décision qui a entraîné la démission de Mme Italiano, qui s'était pourtant déclarée candidate au poll quelques instants auparavant. Si elle maintient sa décision, la conseillère pourrait officialiser sa démission au cours du conseil communal de lundi soir. Au cours de cette brève séance, prévue à 18h30, les conseillers acteront la démission de Patrick Piérart, tandis que Lucien D' Antonio prêtera serment.

Le bourgmestre déchu restera conseiller communal PS, mais perdra ses mandats dérivés dans les intercommunales et ASBL où il siégeait. Patrick Piérart, qui a succédé en 2003 à Yvon Biefnot, est soupçonné par sa fédération de "malversations, enrichissement personnel et détournement des règles dans certains dossiers", a précisé dimanche Didier Donfut, président de la fédération Mons-Borinage.

Le comportement de l'ancien bourgmestre et ses méthodes seraient également en cause. Une enquête à ce propos a été ouverte au parquet de Mons. "Même s'il en sort blanchi, le décret est clair: il a démissionné de son poste de bourgmestre, et aucun article ne lui permet de revenir à travers champs", a conclu le président fédéral.